Retour

Tiken Jah Fakoly et les racines africaines du reggae

Tiken Jah Fakoly est une mégavedette dans son pays. À Sherbrooke, il l'est un peu moins, mais cela pourrait changer après son passage à Sherbrooke, le 5 mai prochain.

Le plus récent album de l'Ivoirien reprend des classiques reggae. Son titre, Racines, n'est pas un choix fait au hasard. Il souhaitait d'abord rendre hommage à l'âge d'or du reggae, mais surtout prouver que la véritable origine de cette musique provient du cœur de l'Afrique.

« Bob Marley, Burning Spear, ce sont des artistes qui ont été à la base de la création de cette musique et de leur promotion dans le monde, soutient-il. Et ces artistes-là se réclament de l'Afrique. Si ces artistes disent qu'ils sont d'Afrique, la source du reggae, c'est l'Afrique. »

L'album propose ainsi un savant mélange bien dosé d'instruments africains traditionnels et d'instruments modernes provenant de la Jamaïque. Le spectacle promet de satisfaire les plus curieux.

C'est la première fois que Tiken Jah Fakoly propose un recueil de reprises. Il a toujours évité les interprétations « pour éviter de ressembler aux autres », et pour trouver son propre style et sa propre image. L'envie de revisiter les classiques du reggae était trop forte.

L'artiste souhaite que sa musique offre un moment de répit dans « un monde de fou, incompréhensible », où « on a l'impression que les animaux sont plus humains que nous ». Il souhaite simplement que l'avenir soit meilleur pour les prochaines générations.

Ce sera la deuxième fois que Sherbrooke accueillera le chanteur, au Granada. Il s'en suivra deux autres spectacles à Chicoutimi et Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine