Retour

« Time-sharing » : la FADOQ de l'Estrie met en garde ses membres

La Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) de l'Estrie met en garde ses membres contre la tentation de signer rapidement l'achat de forfaits vacances à temps partagés, communément appelés « time-sharing ».

Ces contrats ne sont pas illégaux et le consommateur doit les respecter. Tenter de les faire annuler entraine des démarches judiciaires longues et coûteuses.

« On a reçu sept plaintes de gens qui ont signé des forfaits. Ça tourne autour de 3000 $. Il y a même quelqu'un qui a signé pour 29 ans », explique Paul Legault, président de la FADOQ de l'Estrie.

« Il y a des gens qui se sont fait prendre et qui se sentent humiliés », ajoute-t-il.

L'un des exposants au salon de la FADOQ, qui se tenait à Sherbrooke les 5 et 6 novembre, offrait aux visiteurs de participer à un concours. Pour réclamer leur prix, les gagnants devaient participer à une séance d'information sur des vacances à temps partagé à Cuba.

« Je dirais aux gens concernés de porter plainte », suggère Charles Tanguay, porte-parole de l'Office de la protection du consommateur.

« Il y a eu des cas récents de causes aux petites créances où certains consommateurs ont malheureusement perdu, parce qu'ils n'apportaient pas assez de preuves, mais aussi beaucoup de causes où ces contrats-là ont été annulés », ajoute-t-il.

Plus d'articles