Retour

Toujours prisonniers des glaces à Waterville

L'eau a beau avoir cessé de monter, les glaces encerclent toujours la résidence de Kevin Ryan, à Waterville. « C'est exceptionnel, on y a vraiment goûté », confirme celui dont la maison a déjà été inondée trois fois... depuis le mois de février.

« On parle de trois à quatre pieds de glace sur tout le terrain, de galeries arrachées, de clôtures qui faisaient le tour de la propriété; elles ont toutes été arrachées », a-t-il raconté, en entrevue à Écoutez l'Estrie

Selon lui, il faudra au moins deux jours avant qu'il puisse sortir de sa cour. « On a un tracteur agricole, mais ça va prendre des heures à tout enlever. »

En soirée jeudi, la pression des glaces a également fait éclater les fenêtres du sous-sol. « On va sortir les pompes et tenter d'en enlever le plus possible durant la nuit », a confié le courageux propriétaire, toujours sans nouvelle de la Municipalité. 

Inondé en une nuit 

Kevin Ryan est coincé à l'intérieur de sa maison depuis très tôt jeudi matin. Il s'y trouve avec ses deux enfants et une locataire.

Un embâcle, qui s'était formé sur la rivière Moe, près de la ferme Beaulieu, a cédé au cours de la nuit et complètement inondé leur terrain d'eau et de glace. 

« Du jamais vu! »

Malgré l'ampleur de la situation, M. Ryan restait optimiste. Il avait pris soin de surélever sa maison en l'achetant, puisqu'elle était située en plaine inondable. 

« De 8 pieds pour être à 6 pieds au dessus de la crue de 100 ans. On pensait avoir du "loose" ! Tantôt, [quand] les fenêtres du sous-sol ont cédé sous la pression de la glace, on croyait entendre les chutes Niagara sous le plancher », raconte-t-il. 

Selon lui, ce sont les changements climatiques qui lui causent tous ces problèmes. « [Au cours] des dernières années, des inondations que l'on voyait une fois aux deux ans arrivent plus souvent. C'est la troisième fois depuis le début du mois de février que la propriété est inondée. Ça gèle, ça dégèle, il y a des pluies en plein hiver. C'est du jamais vu! »

Il lui est impossible de déterminer la valeur des dommages pour le moment.

« Chaque fois, on se dit que ça va s'améliorer, mais c'est de pire en pire. Les conditions changent de façon dramatique et rapidement. À l'heure actuelle, c'est difficile d'évaluer les pertes. On sait très bien qu'on a perdu notre puits artésien. Il était sous une structure de briques avec la pompe. Il est parti dans l'embâcle de ce matin. Il y a des clôtures qui entouraient le terrain et qui ont été emportées. Ça veut dire que les glaces poussent énormément. »

La sécurité civile et la Municipalité de Waterville ont été avisées de la situation. Pour l'instant, on ne parle pas d'évacuation.

« Le niveau d'eau ne change pas pour le moment. Ce sont les glaces qui s'accumulent. Une fois que l'embâcle va céder, il y aura, j'imagine, des risques assez importants pour Sherbrooke et le secteur Lennoxville. Pour notre part, nous sommes bien préparés à vivre pareille situation. » 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards