Retour

Trans Mountain : des manifestants arrêtés comparaissent

Des dizaines d'opposants au pipeline Trans Mountain se sont réunis lundi matin devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver au même moment que des manifestants récemment arrêtés comparaissaient devant le tribunal.

Les personnes qui n’ont pas respecté l’injonction de la cour de se tenir éloignés du site de Trans Mountain à Burnaby, dont le député Kennedy Stewart et la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, devaient plaider lundi à une accusation d'outrage criminel d’un ordre de la cour.

Plaidoyer

Sur la centaine de manifestants présents au tribunal, une dizaine ont annoncé au juge leur intention de plaider coupable d’avoir violé l’injonction de la cour.

Le juge Kenneth Affleck entendra les accusés un à un pour leur permettre de réfléchir à ce qu’ils auront à lui dire, explique-t-il.

D’autres accusés ont l’intention de signer une promesse de respecter l’injonction de la cour et de se tenir éloignés du site de Trans Mountain.

Cependant, une femme qui a été arrêtée trois fois a affirmé au juge qu’elle comprenait que ses actions pouvaient lui valoir un emprisonnement. « Parfois, il faut perdre quelque chose pour obtenir quelque chose d’important », a -t-elle affirmé.

Plusieurs brillaient par leur absence

Une soixantaine de personnes accusées ne sont pas présentées en cour et ne sont pas représentées par un avocat. Des inquiétudes ont été soulevées quant au fait que ces personnes ne soient pas aptes à se défendre seules devant la justice. Selon l’avocate Karen Mirski, il est difficile de comprendre la section du Code criminel dont relève ce cas.

Les audiences des opposants à Trans Mountain vont durer toute la semaine. Les personnes arrêtées comparaîtront devant le juge Kenneth Affleck selon leur date d’arrestation. Elles sont séparées en cinq groupes.

D’après des informations de Noémie Moukanda et Yvette Brend

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine