Depuis trois semaines, une quinzaine d'enfants de l'école primaire Jean-XXIII se rendent en classe de façon complètement sécuritaire grâce à la mise sur pied d'un trottibus. Lancé officiellement mercredi, ce trottibus a reçu la visite de policiers et de la mascotte du Service de police de Sherbrooke, Polion.

Un trottibus est, en quelque sorte, un autobus pédestre, chapeauté par des parents bénévoles, qui permet aux enfants de se rendre en sécurité à l'école. L'autobus pédestre suit un horaire planifié ainsi qu'un trajet avec des arrêts prédéterminés.

Celui de l'école Jean-XXIII commence aux coins André et Iberville, dans le secteur Ascot, et a une distance de 550 m. Quatre arrêts sont prévus dans la petite trotte où entre 10 et 15 enfants embarquent chaque matin. 

Ce sont des grands de sixième année sont responsable de faire traverser sécuritairement les enfants qui n'habitent pas du bon côté de la rue où circule le trottibus. « Nos parents bénévoles sont exceptionnels, mais nos jeunes leaders aussi », rappelle l'intervenante soutien à l'école Jean-XXIII du comité Ascot Ville en santé, Marie-Hélène Dussault.

Au-delà de la sécurité des enfants, les parents impliqués y voient d'autres avantages. « Ça amène des relations entre les parents et entre les enfants. Ils apprennent à connaître où leurs amis habitent. Les parents apprennent à bien connaître les enfants des autres et si jamais ils ont besoin d'aide, qu'ils ont une urgence, ils auront des gens à qui demander de l'aide. Tout le monde y trouve son compte. Les parents ont du plaisir à marcher avec les enfants, mais aussi à discuter entre eux », croit Mme Dussault. 

Bénévoles recherchés

Le trottibus de l'école Jean-XXIII est le seul en activité à Sherbrooke pour le moment. Celui de la Maisonnée a dû cesser faute de bénévoles. « On fait un appel aux citoyens. Il faut s'impliquer seulement 30 minutes le matin, entre 7 h 30 et 8 h, et ce, une seule journée par semaine », indique l'agente de développement à la Société canadienne du cancer, Marie-Michèle Dorais. 

Toute école qui souhaite offrir un trottibus à ses élèves marcheurs peut demander l'aide de la Société canadienne du cancer dans ses démarches. « Nous offrons les outils, le soutien, la trousse pédagogique, la formation, etc. », explique Mme Dorais. 

La Société canadienne du cancer s'implique dans ce type de projet dans un but de prévention afin de faire augmenter le niveau d'activité physique chez les jeunes. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine