Retour

Un 150e rassemblement pour réclamer la libération de Raïf Badawi

Les marches de l'hôtel de ville de Sherbrooke ont été occupées pour une 150e fois, vendredi, afin de réclamer la libération du blogueur saoudien Raïf Badawi. Les changements politiques en cours en Arabie Saoudite suscitent un vent d'espoir chez ses proches.

Des dizaines d'élèves de l'École primaire Plein Soleil ont participé au rassemblement.

« C'est triste de voir que Raïf est en prison depuis si longtemps, mais c'est beau de voir que le mouvement ne s'essouffle pas », rappelle la responsable d'Aministie international Estrie, Mireille Elchacar.

La femme du blogueur, Ensaf Haidar, a tenu à remercier les jeunes de s'être déplacés.

« Ils représentent mon espoir », a-t-elle dit.

Des changements politiques

Au cours des derniers mois, le prince héritier du pays, Mohammed ben Salmane, a indiqué qu'il souhaitait moderniser son pays.

Ces déclarations sont perçues positivement par Amnistie internationale, qui demande depuis des années la libération des prisonniers d'opinion, comme Raïf Badawi, dont la femme et les enfants habitent Sherbrooke.

Amnistie internationale a profité de cette ouverture politique pour réclamer plusieurs autres changements au sein du royaume saoudien.

« Il faut réformer ce mode de tutelle qui permet aux femmes de ne rien faire sans l'autorisation d'un homme. On a annoncé une mesure superficielle selon laquelle les femmes pourront conduire dès 2018. C'est très bien, mais ce n'est pas le problème principal des femmes. Le problème, c'est qu'elles ne peuvent rien faire sans l’autorisation d'un homme. Il faut changer ça rapidement », insiste Mireille Elchacar.

Selon elle, dans le dernier mois, une vingtaine de personnes ont été arrêtées en Arabie Saoudite pour avoir exprimé ouvertement leur opinion.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine