Retour

Un an plus tard, des réfugiés coincés en Jordanie toujours attendus à Sherbrooke

Deux Sherbrookois sont actuellement à Amman en Jordanie afin d'apporter un peu de réconfort à des familles de réfugiés qui attendent toujours d'immigrer au Québec. Le parrainage privé de ces 4 familles a été accepté il y a un an par le gouvernement canadien mais depuis, rien ne bouge.

Voyant que l'inquiétude gagne ces familles, Paul McLean et Steve King de Sherbrooke ont décidé de se rendre en Jordanie cette semaine pour soutenir ces réfugiés dans leur attente. « Quand je suis venu ici l'an dernier pour offrir un beau Noël à ces gens, nous étions convaincus qu'ils arriveraient au Canada rapidement. On pensait même pouvoir les ramener avec nous. Un an plus tard, ça piétine. On se demande ce qui se passe », explique M. McLean.

Les paroissiens de Hope Community Church de l'arrondissement Lennoxville, dont fait partie M. McLean se sont engagés à parrainer la famille Barbar. Leur demande a été approuvée par le gouvernement canadien en novembre 2015. À partir de ce moment tout a été mis en place pour faciliter leur intégration. Un travail de concierge attend M. Barbar lorsqu'il arrivera.

Nous avons amassé plus de 100 000$ pour subvenir à leurs besoins lorsqu'ils seront ici. Nous sommes rendus à leur envoyer cet argent en Jordanie pour qu'ils puissent subvenir à leurs besoins là-bas

Paul McLean

Paul McLean s'est rendu en Jordanie avec Steve King de l'église St James qui parraine 3 familles. « Dans le cas des trois famille Hassoo, leur dossier est complet et accepté depuis février 2016. Ils se sont rendus plusieurs fois à l'embassade du Canada mais ils se sont fait dire de retourner chez eux et d'attendre. C'est insupportable pour eux, ils sont 12 dans un petit appartement. Les parents n'ont pas le droit de travailler et les enfants ne peuvent pas fréquenter l'école » , raconte M. McLean qui dit sentir chez ces réfugiés inquiétude, détresse abandon.

C'est d'ailleurs pour cette raison que les deux hommes ont décidé de prendre l'avion lundi pour aller réconforter les réfugiés qu'ils considèrent aujourd'hui comme des membres de leur famille. « Nous avons loué des voitures et nous iront avec eux visiter la ville de Petra et sur les plages de la mer Rouge à Aqaba. Ils ont vraiment besoin de changer de décor. »

Les explications du gouvernement

Selon Paul McLean, le gouvernement a atteint les quotas qui avaient été fixés pour l'accueil des réfugiés et manque de ressources pour en accueillir d'autres. C'est du moins la réponse qu'il a eu du bureau de Madame Bibeau, députée de Compton-Stanstead. « Pourquoi le parrainage privé ne va pas aussi rapidement ? On se le demande. Parfois on a l'impression que le gouvernement a rempli sa promesse électorale pour se faire élire et que maintenant les priorités ne sont plus là. »

Si le gouvernement n'est pas prêt à les accueillir faute de ressources, les gens qui parrainent ces 4 familles le sont. Depuis un an, tout ce qu'il faut pour meubler 4 appartements est entreposé au deuxième étage de l'église Hope Community Church.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine