Retour

Un athlète canadien d'origine marocaine du Vert & Or refoulé à la frontière américaine

Yassine Aber, un étudiant en kinésiologie de l'Université de Sherbrooke, s'est vu refuser l'entrée aux États-Unis jeudi, même s'il avait un passeport canadien en règle. Les douaniers l'ont retenu pendant cinq heures, puis l'ont retourné au Canada. Du groupe, il était le seul avec des origines arabes, et il est le seul à avoir reçu ce traitement.

L'athlète de 19 ans est né au Québec, possède un passeport canadien et a vécu toute sa vie au Canada. Ses deux parents sont d'origine marocaine.

« On ne m'a pas donné de raison. À ce jour, je ne sais pas pourquoi », soutient le jeune étudiant, qui affirme n'avoir aucun dossier criminel. Il a subi deux interrogatoires par les douaniers.

Durant le deuxième, il affirme s'être fait poser des questions plus « spécifiques », notamment sur un individu en particulier qui se serait radicalisé. Il s'agirait selon Yassine d'une « connaissance lointaine ».

« Je ne sais pas si c'est cette raison-là ou une autre, mais ça fait partie des questions qu'ils m'ont posées », a-t-il confié en entrevue avec Patrice Roy.

Finalement refoulé

Yassine raconte qu'en plus des deux interrogatoires, son téléphone a été fouillé.

« On est arrivés à la douane à 13 h 30. J'étais avec un entraîneur et cinq autres athlètes. En arrivant, ils nous ont demandé de sortir du véhicule et de donner nos passeports. Ils m'ont demandé mon téléphone et mon mot de passe », a-t-il raconté.

Yassine Aber a été retenu pendant plus de cinq heures au poste-frontière de Stanstead, où les douaniers lui ont posé de nombreuses questions sur ses habitudes de vie notamment. « Ils m'ont amené à deux reprises dans un bureau avec un agent. Ils m'ont fait remplir des papiers et m'ont fait parler de moi, d'où je viens, où je suis né. À la fin de la journée, ils m'ont dit que je ne pouvais pas entrer aux États-Unis. »

Des photos de l'étudiant ont été prises par les douaniers et on a relevé ses empreintes digitales.

Les autres athlètes pouvaient aller à la toilette seuls, mais moi je devais être escorté pour y aller.

Yassine Aber

Il a finalement été refoulé sous prétexte qu'il n'avait pas en main tous les papiers nécessaires. Pourtant, il avait bel et bien son passeport canadien en main.

« Les raisons sont un peu ambiguës. J'ai un papier officiel qui dit que je n'avais pas de papiers, de passeport ou de visa d'immigration valides. Mon passeport est canadien et il est valide jusqu'en 2026. J'ai tenté d'avoir plus d'informations, mais ils n'ont pas voulu m'en donner. »

Les douaniers m'ont rappelé qu'entrer aux États-Unis était un privilège et comme je ne suis pas un citoyen américain, ils ont la discrétion de m'empêcher d'entrer à tout moment.

Yassine Aber

Le seul de son équipe

Yassine Aber se rendait à Boston pour participer à une compétition d'athlétisme avec cinq autres athlètes. Tous les autres ont pu traverser la frontière sans problème.

« C'est plate de ne pas pouvoir participer à la compétition, mais c'est un moindre mal que ce soit juste moi, mais pas toute l'équipe. Je vais me reprendre dans d'autres compétitions au Canada. C'est juste un peu décevant », soutient Yassine Aber.

Je ne fais pas le lien avec les politiques de Donald Trump. Beaucoup le font. Je ne sais pas si c'est vraiment ça, la raison. Je ne veux pas accuser personne.

Yassine Aber

Avec les dirigeants du Vert & Or, l'athlète cherche à trouver des solutions advenant le cas où il doive retourner aux États-Unis. « On est en train de regarder ce qu'il faut faire. Est-ce qu'il faut un visa spécial, une autorisation spéciale », raconte-t-il en rappelant qu'en tant qu'athlète, il est appelé régulièrement à se rendre en sol américain. D'ailleurs, il espère être capable de participer à un camp d'entraînement qui aura lieu en avril là-bas.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les piscines d'hôtel les plus spectaculaires





Rabais de la semaine