Un élève de l'école secondaire Mitchell-Montcalm de Sherbrooke a été violemment battu par deux autres élèves à l'intérieur de l'établissement. Le jeune est désormais au repos, souffrant d'une commotion cérébrale sévère.

Les deux élèves ont été immédiatement suspendus pour une période de deux semaines. La suspension pourrait être prolongée à la suite de l'analyse de la version des faits de la victime.

La direction ignore les motifs derrière l'assaut, qui s'est déroulé avant le début des classes. L'établissement d'enseignement secondaire a une politique de violence zéro et souhaite désormais rassurer les parents.

« C'est hors de notre contrôle. On ne l'a pas vu venir. Les sanctions sont en fonction de la violence des événements. Là, c'est deux semaines, car on parlait d'une violence extrême. On a donc deux semaines pour bien boucler l'ensemble des interventions », assure la directrice de l'école Mitchell-Montcalm, Pascale Bilodeau.

Pour le moment, aucune plainte n'a été déposée au Service de police de la Sherbrooke par les parents de l'adolescent.

Des caméras omniprésentes

L'incident a été filmé par les caméras de sécurité de l'école. De tels équipements de surveillance font désormais partie du quotidien des écoles secondaires de la Commission scolaire de la région de Sherbrooke (CSRS).

Il y a en moyenne dix caméras par école, principalement dans les aires de rassemblement. Au total, on compte 290 caméras à l'intérieur et à l'extérieur des 29 écoles de la CSRC.

En plus, dix policiers communautaires visitent régulièrement les adolescents pour tenter d'éviter une telle situation de violence.

« Ces policiers sont connus. Ils agissent comme grand frère, comme intermédiaire entre la direction et certains élèves. Ils sont au fait de ce qui se passe dans les corridors », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

La direction parle d'un événement isolé. Un sondage réalisé par l'école Mitchell-Montcalm indique que 98 % des élèves affirment n'avoir jamais été témoins de violence physique ou psychologique.

Plus d'articles

Commentaires