Retour

Un entrepreneur en pavage cause des maux de tête à la Ville de Sherbrooke

Avec l'hiver qui approche, certains chantiers routiers pourraient ne pas être terminés avant l'an prochain parce qu'un entrepreneur en pavage est incapable de respecter ses contrats qui le lient à la Ville de Sherbrooke.

C'est le cas, entre autres, des travaux d'asphaltage sur la rue Belvédère Sud où seule la couche de base a été faite. Cette situation fait en sorte qu'il y a un écart de plusieurs centimètres entre la voie de circulation et les entrées de cour.

« L'entrepreneur en pavage n'arrive pas à rencontrer l'ensemble de ses obligations. On a, actuellement dans nos contrats, des pénalités pour les travaux de pavage de base, mais on n'en a pas pour la couche de surface », explique la directrice des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada Estrie, l'entreprise en question est Sintra. Appelée à commenter et à confirmer les informations données par la Ville de Sherbrooke, la direction a refusé d'accorder une entrevue.

De son côté, la Ville n'a pas voulu dire de qui il s'agissait.

Pour l'instant, la Ville n'est pas en mesure de dire si les travaux seront exécutés avant l'arrivée de l'hiver ce qui risque de compliquer le travail de déneigement.

« C'est sûr que pour l'hiver, les baisseurs qui sont actuellement sur le bord des entrées de cour et sur la rue Dunant devront être corrigés, et ce, aux frais de l'entrepreneur. Il doit sécuriser les lieux pour que ça soit fonctionnel. Il devra faire de petites rampes en pavage que l'on fait pour adoucir le choc lorsque l'on passe de la couche de base à la couche de surface », indique-t-elle.

Les appels d'offres seront modifiés

Caroline Gravel assure que des changements seront apportés dans les appels d'offres l'an prochain. « Il faudrait s'assurer que l'entrepreneur fasse les deux couches l'une à la suite de l'autre. On n'est pas le maître de la planification de ses travaux. C'est un choix que l'entrepreneur a fait. Soyez assurés que nos prochains appels d'offres, on va être plus ferrés pour être capable d'exiger que les travaux se complètent. »

Le chantier de la rue Léger, entre autres, est également touché par le même problème. Des ajustements seront tout de même apportés pour adoucir la transition entre les rues et le pavage de base, et ce, aux frais de l'entrepreneur.

Selon Caroline Gravel, c'est la première fois que la Ville de Sherbrooke se retrouve avec une telle situation. « C'est peut-être arrivé, mais ce n'était pas aussi pire que ça. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine