Retour

Un espoir sherbrookois en vue des sélections nationales de patinage de vitesse

Une seule compétition sépare le patineur de vitesse Jordan Pierre-Gilles de faire partie de l'équipe nationale. Présentement 12e au classement canadien, il espère que les sélections nationales prévues à la fin du mois de mars à Laval lui permettra d'atteindre son objectif.

Un texte de Christine Bureau

« C'est cette compétition qui va déterminer la suite », résume-t-il. L'objectif pour le jeune patineur courte piste est de « faire le top 10 », histoire d'assurer sa place au sein de l'équipe.

« Suivant les Olympiques, c'est vraiment une année de changements dans l'équipe nationale. Il y a beaucoup de vétérans qui pensent prendre leur retraite, Charles Hamelin et son frère [François] notamment. »

Faire partie de l'équipe nationale lui permettrait d'entrer dans ce qu'il appelle le « cycle olympique ». « De me préparer pour les Jeux olympiques de 2022 à Beijing, c'est ça le but », dit-il, confiant.

20 000 $ par saison

À ce stade-ci, ce n'est pas ses coups de patin qui l'inquiètent, mais plutôt les exigences financières qui accompagnent son niveau de compétition. « C'est difficile surtout rendu où je suis parce qu'on compétitionne contre l'équipe nationale [..]. On doit atteindre les mêmes objectifs qu'eux pour espérer se classer sur l'équipe, mais on n'a pas accès aux mêmes services et aux mêmes ressources », explique-t-il.

Avec ses 30 heures d'entraînement par semaine et une session de cégep à temps plein, le jeune athlète de 19 ans n'a pas le temps de travailler. Pour éponger une partie des 20 000 $ que coûte une saison, il a décidé de lancer une campagne de sociofinancement avec La Ruche.

« Jusqu'à date, c'est fantastique. J'ai près de 40 personnes qui m'ont aidé », se réjouit-il.

S'il n'atteint pas son objectif de 5000 $, l'OSBL garde l'argent. Mais avec 11 jours restants et 88 % de son objectif d'atteint, Jordan espère bientôt pouvoir dire « mission accomplie ». « Je me sens très supportée par la région de l'Estrie », estime-t-il.

Les 5000 $ amassés devaient servir au départ à payer les frais de voyage pour les sélections nationales, qui devaient se tenir à Calgary. Comme la compétition se tiendra finalement dans la région de Montréal, Jordan pourra utiliser l'argent à d'autres fins, en plus d'avoir sa famille à ses côtés.

« C'est quelque chose qui me fait vraiment plaisir. Pour certains, je crois que ça peut être un petit stress , mais pour moi, je dirais que c'est plus une motivation. Au contraire, ça me relaxe de savoir que tous mes proches sont à côté de moi », sourit-il.

Les sélections nationales auront lieu du 22 au 25 mars à la Place Bell, à Laval.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards