Retour

Un été à oublier pour plusieurs producteurs estriens

2015 sera une année à oublier pour bien des producteurs maraîchers en Estrie. Plusieurs ont perdu une part importante de leurs récoltes avec des inondations en juin. Des tempêtes de grêle, survenues au cours des dernières semaines et des derniers jours, ont également anéanti les fruits et légumes qui avaient été épargnés.

Un texte de Geneviève Proulx

À Stanstead, Chris Rowlings, du Verger Heath, devait ouvrir ses portes d'ici quelques jours. La grêle a cependant endommagé toute la production de pommes. « On approche les 100 % de pertes. Ce n'est jamais arrivé. On a eu de la grêle qu'une ou deux fois dans les 15 dernières années », explique le propriétaire.

Le Verger Heath évalue ses pertes entre 80 000 et 120 000 $. L'entreprise espère sauver les meubles grâce à sa production de courges et de citrouille.

Ailleurs

Des champs de blé, de soya et de maïs sont aussi affectés. Des producteurs voient leurs légumes et leurs fruits complètement détruits. À la Ferme du Joual'Vert, où on fait la production de légumes biologiques à livrer directement aux consommateurs, c'est la moitié des récoltes qui est perdue.

Les propriétaires estiment les pertes à 20 000 $. « On a déjà vu un peu de grêle dans les champs, mais là, les plants sont complètement défeuillés. Les plants sont tellement endommagés, il y a peu de chance que les plants repartent. Peut-être les courgettes, mais pour tout le reste, c'est pas mal une perte totale. C'était trop violent », raconte le propriétaire de la ferme, Andrès Rousseau.

Plusieurs mettent la main à la pâte et des abonnés sont même venus prêter main-forte pour récolter des légumes. Aussi d'autres agriculteurs fourniront des produits pour combler les paniers des abonnés.

Un coup dur duquel la jeune entreprise, qui en est à sa deuxième saison, peut se relever croit l'autre propriétaire, Stéphanie Leclerc. « En tant qu'agriculteurs, nous avons une seule obligation : être optimiste. On travaille avec tellement de paramètres incontrôlables qu'on se doit d'être optimiste. »

Hausse des réclamations

La Financière agricole a reçu, pour le moment, 11 demandes de réclamation liées à la grêle de lundi. Une rencontre d'urgence aura lieu à l'Union des producteurs agricoles de l'Estrie mercredi après-midi. « La grande majorité des producteurs sont des producteurs de lait, de porc et de boeuf. Ils ont donc besoin de récolter ce qu'il y a au champ pour nourrir les animaux. S'il y a une perte totale, il faudra que cette nourriture soit trouvée ailleurs. C'est ce qui compliquera la vie des producteurs. Même s'ils reçoivent une compensation financière, les animaux devront manger cet hiver », explique le président des cultures commerciales de l'UPA en Estrie, Stéphane Vaillancourt.

L'organisme soutient que d'autres demandes de compensation pourraient lui être adressées. Certains agriculteurs ne sont pas encore allés constater l'étendue des dégâts puisque les champs sont encore gorgés d'eau.

Au total, depuis le début de l'été, plus de 200 réclamations ont été déposées dans le cadre du programme d'indemnisations des producteurs agricoles.

Plus d'articles

Commentaires