Mercredi, quand je suis arrivé au Bingo Abénaquis, au centre-ville de Sherbrooke vers 16 h 30, plusieurs personnes jouaient aux cartes et jasaient avant que l'action de commence.

Une chronique de Dominic Tardif

Les premières boules de bingo ne tomberont que vers 19 h.

Pendant ce temps-là, je me suis entretenu avec deux « calleurs » vedettes du Bingo Abénaquis, on les appelle aussi meneurs de jeu. Je voulais comprendre les secrets de leur métier.

J'ai rencontré Stéphane Paré, 40 ans, qui est « calleur » depuis un an, et Julie Cloutier, 37 ans, qui est « calleuse » depuis 7 ans.

« Les gens, parfois, prennent ça personnel, comme si c'était nous qui choisissions la boule qui sort, comme si c'était de notre faute s'ils ne gagnaient pas », explique, amusée, Julie Cloutier, au sujet du sérieux de certains habitués, qui investissent les « calleurs » d'un pouvoir qu'ils ne possèdent pas, il va sans dire.

S'il fallait les décrire de façon très succincte, on pourrait dire que Julie, c'est la « calleuse » discrète et calme, tandis que Stéphane, comme vous allez l'entendre, est davantage comique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine