Retour

Un moratoire demandé sur le projet Optilab à Drummondville

Les élus drummondvillois ont demandé un moratoire, lundi soir, sur le projet du gouvernement du Québec Optilab qui vise à centraliser les laboratoires de biologie médicale de la province.

Si la réforme du ministre de la Santé Gaétan Barette va de l'avant, près de 70 % des prélèvements faits à Drummondville seraient analysés à Trois-Rivières.

Préoccupé par les possibles pertes d'emplois liées au transfert de ces activités à l'extérieur de sa municipalité, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, demande une rencontre rapide avec le ministre de la Santé.

« Est-ce la première étape d'autres étapes de centralisation? Est-ce que d'autres services pourraient être perdus en région? On veut entendre le ministre Barette là-dessus », demande-t-il. 

Le ministre se veut rassurant

Le dossier Optilab inquiète plusieurs municipalités, mais le ministre de la Santé se veut rassurant. Il assure que l'objectif n'est pas de centraliser les tests uniquement dans les grands centres. Selon lui, aucun laboratoire ne fermera en raison du projet Optilab.

« C'est un exercice qui est pour fait pour optimiser et pour faire des économies. À Drummondville, il y a un hôpital, cet hôpital a besoin d'un laboratoire ouvert 24 heures sur 24. Donc, il se doit d'avoir du personnel pour faire fonctionner l'équipement », assure-t-il.

Le projet Optilab prévoit que la majorité des analyses soient effectuées dans 11 laboratoires serveur au Québec.

En Estrie, c'est au CHUS - Fleurimont, à Sherbrooke que sera implanté le mégalaboratoire, appelé laboratoire serveur. Le projet avait suscité de vives inquiétudes dans la région, notamment à Lac-Mégantic, où près de 80 % des activités seront transférées à Sherbrooke.

Le premier ministre Philippe Couillard avait déjà fermé la porte aux maires de Roberval et de Dolbeau-Mistassini qui réclament un moratoire sur la question dans la région à Saguenay.

Plus d'articles

Commentaires