Retour

Un organisme communautaire forcé de fermer tout l'été faute de financement

Les coffres étant vides, Arrimage Estrie n'a d'autres choix que de fermer ses portes pour l'été.

L'organisme, qui a pour mission de favoriser le développement d'une image corporelle positive, accompagne les personnes touchées par un trouble du comportement alimentaire ou qui ont une préoccupation envers leur corps, leur poids ou leur apparence.

« On a quatre intervenantes présentement et notre financement ne nous permet pas d'être ouvert pendant l'année entière. On ferme donc huit semaines cet été et tous les vendredis », explique la coordonnatrice d'Arrimage-Estrie, Julie Wittty-Chagnon.

C'est la troisième année que l'organisme se voit obligé de fermer ses portes pendant la période estivale.

Selon la coordonnatrice, la majorité des organismes doivent fonctionner avec un budget réduit. « Le problème, c'est le manque de financement qui touche tout le milieu communautaire. Ce ne sont pas tous les organismes qui ferment pendant l'été. C'est des choix qui sont faits par les organisations sur comment arriver à combler les déficits. »

Les conséquences sont malheureuses pour ceux qui ont besoin de soutien rappelle Mme Witty-Chagnon. « Pour les personnes qui viennent chercher de l'aide, ce n'est pas évident de se buter à une porte fermée. On maintient toutefois nos groupes d'aide pour ceux qui ont des troubles alimentaires. Sinon, tous les employés sont absents, il n'y plus d'animations dans les milieux. On fait beaucoup de sensibilisation. On ne peut pas faire ça pendant la période estivale malheureusement. »

Impact dans les milieux scolaires

Arrimage Estrie devait également donner des ateliers dans les écoles secondaires à compter de l'automne. « On a fait partie du projet pilote [du nouveau cours d'éducation à la sexualité] avec un atelier sur l'hypersexualisation et sur la pression des modèles de beauté réalistes. Malheureusement, on n'a pas les ressources financières et humaines pour procéder. On couvre 28 écoles secondaires. On a qu'une seule intervenante qui travaille 28 heures par semaine pour donner les ateliers dans l'ensemble du réseau scolaire », déplore Mme Witty-Chagnon.

Arrimage Estrie reçoit 172 000 $ en subventions du gouvernement et de Centraide chaque année. Son budget d'exploitation est de 230 000 $.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine