Retour

Un plan de sorties surveillées pour Pascal Morin, statue la commission d'examen

Pascal Morin, qui a assassiné sa mère et deux de ses nièces à Saint-Romain en 2012, bénéficiera d'une journée de sortie par semaine à la Maison du Centre de réadaptation en dépendance de l'Estrie.

Le nombre de journées augmentera graduellement jusqu'à l'année prochaine, jusqu'à atteindre cinq jours par semaine à l'extérieur de l'hôpital, où il est toujours détenu.

La Commission d'examen des troubles mentaux du tribunal administratif du Québec en est venue à cette décision mercredi, lors de la révision annuelle de son dossier.

« On avait bien des craintes suite à la dernière audience en 2015 quant à la problématique de consommation et de toxicomanie qui pouvait amener certains dérèglements à l'occasion chez Monsieur au niveau psychique », explique l'avocat de Pascal Morin, Me Benoît Gagnon.

Depuis sa dernière audience, toutefois, sa médication s'est stabilisée et il a eu plusieurs rencontres avec son médecin.

« Il se reconnaît responsable »

Pascal Morin a également commencé une thérapie du deuil qui, selon son avocat, est un pas de plus dans son cheminement.

« Il se reconnaît responsable de la mort de ses deux nièces et de sa mère. Il sait que ce n'est pas un complot, que ce n'est pas d'autres personnes qui l'ont fait, et surtout, il reconnaît l'impact de sa maladie et de la consommation comme facteurs précurseurs de ce passage à l'acte en 2012 », souligne-t-il.

La sobriété de Pascal Morin, qui avait de nombreux problèmes de drogue, a été testée de façon aléatoire plusieurs fois par mois durant la dernière année, et continuera de l'être, assure son avocat.

Ce dernier ajoute que les sorties de son client s'effectueront sous haute surveillance et que la sécurité du public n'est pas compromise. « Le but de la Commission d'examen sera toujours la sécurité du public », précise-t-il.

Le procureur de la Couronne dans le dossier, Me André Campagna, est du même avis.

« La population peut être rassurée en ce qui concerne les nouvelles modalités de détention de Pascal Morin. Les paramètres de sécurité qui lui sont imposés font en sorte qu'il y aura des suivis qui seront faits et les tests de dépistage de drogues vont également se poursuivre », commente-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine