Un policier de la Sûreté du Québec, basé à Sherbrooke, a été ordonné diacre diocésain, ce week-end. La cérémonie, qui a été présidée par l'archevêque de Sherbrooke, Mgr Luc Cyr à l'église Perpétuel-Secours, est l'aboutissement d'un cheminement de sept ans pour Patrice Grégoire.

Sa mission sera d'être présent auprès de ceux qui portent actuellement, et qui ont porté, l'uniforme au service du public, notamment les policiers, pompiers, ambulanciers et militaires.

« C'est un arbuste qui pousse et un moment donné on l'arrache parce qu'on dit " non, non, non ". Moi, à six ans, j'ai rencontré celui qui a marié ma soeur, il était policier et c'est là que j'ai voulu devenir policier, l'appel de la police. Mais on met de côté l'appel. L'appel, éventuellement, il revient. L'arbuste repousse, tu l'arraches, il revient. Un moment donné il repousse assez que tu ne peux plus le déraciner. C'est ce qui m'est arrivé il y a huit ans », explique Patrice Grégoire.

Patrice Grégoire n'est pas le seul policier à être devenu diacre. Cela s'est produit notamment à Gatineau et à Québec.

« Le diacre, il peut prêcher, baptiser, recevoir l'engagement des mariés, présider des rites funéraires. Mais c'est surtout un homme de service en périphérie, dans son milieu de travail, avec les pauvres, les gens dans le besoin. C'est l'homme de service qui soutient l'évêque et les prêtres », explique Mgr Luc Cyr.

Plus d'articles

Commentaires