Retour

« Un Vélo une Ville » s'implante à Sherbrooke cet été

Après Thetford Mines en 2015, ce sera au tour de la ville de Sherbrooke d'accueillir cet été le projet « Un vélo une Ville » qui est un concept d'intégration sociale qui vise à briser l'isolement des aînés tout en soutenant la persévérance scolaire.

Du 23 juin au 27 août prochain, un triporteur conduit par un jeune décrocheur sera mis à la disposition des personnes âgées en résidence qui désirent faire leurs emplettes, se rendre chez le médecin ou encore à la banque.

En échange de son travail, le jeune sera rémunéré au salaire minimum. Il recevra également une bourse d'études à la fin de l'été.

Le tracé choisi tiendra compte de la géographie montagneuse de la ville. « J'ai déjà demeuré à Sherbrooke pendant cinq ans. Je sais qu'il y a des endroits assez vallonneux. On va essayer d'offrir des circuits afin d'être fonctionnel avec le triporteur », explique le directeur général de l'entreprise d'économie sociale, Richard Turgeon.

Le triporteur est assisté électriquement. « Le conducteur peut, grâce à l'assistance électrique, aller dans certaines côtes, mais pas dans celles qui sont trop abruptes.

Le coût de ce projet est évalué à 19 500 $ et il est financé en grande partie par une commandite du Groupe Maurice.

C'est l'ex-premier ministre du Québec, Bernard Landry qui est président de Un Vélo une Ville.

Depuis 2013, une quarantaine de jeunes ont participé à ce projet. Cet été, il sera implanté dans 26 municipalités et arrondissements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine