Retour

Un voyage à travers quatre époques par les élèves de Mitchell-Montcalm de Sherbrooke

Quatre époques traduites en comédie musicale avec un vieux piano Bechstein comme fil conducteur, c'est le défi que les 160 élèves en vocation musique de l'école secondaire Mitchell-Montcalm de Sherbrooke se sont donné. Pendant trois soirs, ils présenteront les fruits de huit mois de labeur acharné.

La fugue de Bechstein représente la réalisation de vocation pour les élèves du volet piano et cordes. Tous mettent la main à la pâte, que ce soit lors du processus créatif, de l'écriture, de la production ou de la réalisation du projet. Celui-ci englobe autant la musique que l'art dramatique, le chant et la danse.

« Tout le monde prépare sa petite partie de son côté et plus le temps avance, on colle tous les morceaux pour faire un grand casse-tête. On espère que ça se tienne », explique la comédienne Emmanuelle Laroche, metteure en scène du spectacle.

Ils sont toutefois solidement appuyés par une équipe dévouée, souligne-t-elle, que ce soit par des professeurs de musique, d'arts plastiques, la costumière ou des chorégraphes.

Un défi même pour de jeunes musiciens aguerris

Au cours de ce spectacle, les jeunes artistes font voyager les spectateurs dans les années 1940, 1970, 1980 et 2000. Ces derniers voguent ainsi entre les airs de Bei Mir Bist Du Shein, d'Oxygène, d'Another Brick In the Wall et de Je vole. Ce voyage temporel était voulu.

« Ça donne plein de possibilités musicales », explique Emmanuelle Laroche.

Pour ces musiciens qui comptent entre 5 et 11 ans de pratique instrumentale, interpréter différents airs n'est pas réellement un problème. Le défi est ailleurs. « Jouer un instrument, ce n'est vraiment pas pareil que d'être sur scène. Cela peut comporter certains défis [...] mais encore là, on a les personnes pour nous aider », explique Nicolas Routier, élève de 5e secondaire.

Même son de cloche du côté d'Edelweiss Vigneault, également finissant, qui y voit une façon d'élargir ses horizons. « On redécouvre la comédie musicale. Être assis, au piano, dans l'orchestre, ce n'est vraiment pas la même chose que d'être sur scène ». Elle mentionne toutefois que les élèves doivent également ne pas oublier leur mission première, soit réussir leur année scolaire.

L'aboutissement de cette année de travail est effectivement une grande source de fierté pour ces jeunes, soutient Isabelle Lessard, directrice musicale et professeure de cordes. L'expérience est habituellement concluante et permet parfois de donner le goût d'en faire carrière.

« On met les élèves dans le contexte de faire cinq fois le même show, ce qui est assez rare [...] ça peut montrer le portrait dans la vie professionnelle, qu'on peut monter un spectacle et tourner. »

Le spectacle est présenté les 19, 20 et 21 avril au pavillon Montcalm, de Sherbrooke.

Plus d'articles

Commentaires