La Table de concertation sur l'itinérance à Sherbrooke invite la population à participer à la 15 e Nuit des sans-abri, ce vendredi. Cette nuit débutera à la Place de la Gare et se terminera sur les terrains de la Chaudronnée, où le premier événement du genre s'est déroulé, il y a 15 ans

Patrick Conroy, co-porte-parole de la Nuit des sans-abri, connaît bien ce qu'est l'itinérance. Il a vécu cette réalité pendant 7 ans. « Ce n'est pas une vie pour personne. Passer la journée dehors à moins 40 degrés, qui ferait ça ? Passer la nuit à moins 40, si tu t'endors, tu peux crever. C'est ça la réalité. C'est pour ça qu'il faut sensibiliser les gens et leur dire « sortez de vos bureaux, et dites-vous que des gens ont besoin d'aide et qu'il faut les aider », confie-t-il.

Patrick Conroy a mis au moins deux ans à se sortir de l'itinérance. Des intervenants lui sont venus en aide, certes, mais « ça part de toi », indique-t-il. 

Réalité bien présente

« Plusieurs personnes disent qu'il n'y en a pas, d'itinérance, à Sherbrooke. Nous, on sait qu'il y en a. L'an passé, plus de 1000 personnes ont fréquenté une ressource d'aide en itinérance, que ce soit l'hébergement d'urgence, la soupe populaire ou autres. On sait qu'ils sont là », indique le coordonnateur de la Chaudronnée, François Lemieux.

« On sait qu'ils sont moins visibles, c'est moins criant que la problématique qu'on voit à Montréal. Or, s'ils sont moins visibles, c'est qu'il y a un travail de concertation fait parmi les groupes pour que les gens ne se retrouvent pas complètement à la rue, sans ressources », ajoute monsieur Lemieux.

Pour sensibiliser la population, les organisateurs ont dessiné des silhouettes, au sol, à plusieurs endroits dans la ville avec la mention « J'ai dormi ici cette nuit ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque