Retour

Une année de récolte « très convenable » en Estrie, malgré les caprices de Dame Nature

Malgré les intempéries de l'été dernier, l'année 2015 aurait été moins dure que prévu pour les agriculteurs de l'Estrie. La Financière agricole du Québec (FADQ) a publié son bilan de l'assurance récolte et constate une grande diminution des indemnisations par rapport à la moyenne annuelle.

Un peu plus de 750 000 dollars ont été versés en indemnisations, dont près de 538 000 dollars pour les céréales, le maïs et les protéagineux (des plantes comme le soja, les pois ou le blé). 140 entreprises ont subi des pertes indemnisables.

Les conditions climatiques ont été favorables à la production agricole. Le printemps a permis des ensemencements rapides et le temps exceptionnellement doux d'automne a profité aux récoltes.

« Cela a permis à beaucoup de cultures de récupérer le retard qu'elles avaient pris durant les périodes normales de croissance », affirme Alain Perras, directeur régional du Centre de services de Sherbrooke de la FADQ. 

La récolte de sirop d'érable a aussi été échelonnée sur une période prolongée, et le climat plus chaud et plus sec de la mi-août a favorisé le développement et la maturation des cultures.

« On dirait qu'à la mi-août, le temps s'est replacé », souligne-t-il.

Des temps durs en été

Pourtant, la région a été durement touchée par les intempéries au cours de l'été. Selon Alain Perras, les trois quarts des indemnités ont été versés en raison des inondations du 9 juin et les épisodes de grêle du mois d'août. Ces événements ont causé des dommages importants, principalement dans les secteurs de Compton et de Coaticook, et la Financière avait d'ailleurs connu une hausse marquée des demandes d'aide à la suite des sinistres.

Les conditions pluvieuses ont également nui aux derniers ensemencements, et certains champs de céréales et de soya n'ont pu être semés.

Toutefois, le bilan de l'année 2015 est positif pour Alain Perras.

« Sans dire qu'on a battu des records, on aura eu une année somme toute très convenable dans les circonstances », conclut-il.

Plus d'articles