Retour

Une autre séance houleuse du conseil municipal à Racine

La confrontation entre le maire et les conseillers de Racine semble devenue la norme aux réunions publiques du conseil. Les citoyens ont eu droit à une nouvelle démonstration lundi, quand le maire François Boissonneault a appelé la Sûreté du Québec pour un droit de parole qui n'avait pas été respecté. 

Une citoyenne, Micheline Jeanson, s'est d'abord fait montrer la porte.  « Vous avez parlé sans avoir la permission, la porte. », s'est exclamé le maire. Le conseiller, Christian Beaudry, a bien tenté de calmer le jeu, sans succès. 

Réplique du maire: « C'est ma prérogative, ce n'est pas la vôtre, monsieur le gérant de la clique ». Après quoi, le maire compose le numéro de la Sûreté du Québec. 

« Pouvez-vous envoyer une auto à la salle communautaire de Racine? Le brouhaha est commencé et on a besoin d'une auto pour sortir quelqu'un. On va avoir de la discipline ou on n'en aura pas », explique-t-il. 

La principale intéressée, Michelle Jeanson, avait ce commentaire à l'issue de la rencontre. 

Les emportements du maire lui ont déjà valu une plainte auprès du Ministère des Affaires municipales. Les élus ont adopté en janvier une motion de blâme à son endroit pour de nombreuses impolitesses. 

La situation pourrait-elle conduire à la mise sous tutelle de la municipalité, comme ce fut le cas à Dunham en 2011 où les élus n'arrivaient plus à travailler ensemble? La question a été posée à l'ancien ministre des Affaires municipales, Rémy Trudel. 

Si une enquête démontrait que le conseil municipal n'est plus en mesure de prendre des décisions, la Commission municipale du Québec pourrait recommander au ministre de placer Racine sous tutelle. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine