Retour

Une centaine d'élèves de moins de touchés par le redécoupage scolaire à Granby

Des parents de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC) ont signé une victoire douce-amère, mardi, alors qu'une centaine d'élèves de moins seront touchés par le redécoupage des secteurs scolaires sur les quelque 450 prévus initialement.

Dans une salle bondée de parents attentifs, le conseil des commissaires a adopté par une majorité de trois voix seulement (9 contre 6) une proposition de réaménagement des secteurs scolaires qui devrait principalement laisser le secteur Saint-André intact.

« Le travail qui s'est fait après la consultation jusqu'à l'adoption qu'on a faite ce soir, c'est justement d'essayer de minimiser l'impact des changements scolaires, On est parti de 454 élèves et on a baissé à 363, c'est près de 100 élèves de moins.

Plus d'une soixantaine de parents, dont plusieurs ont dû demeurer dans le couloir afin de respecter la capacité de la salle de réunion, s'étaient déplacés afin d'entendre la décision finale des commissaires.

« On a dû resserrer nos paramètres, on joue beaucoup plus près de nos capacités d'accueil au cours des différentes années, mais on prend le risque de déposer ce projet-là pour vote en échange de baisser substantiellement le nombre d'élèves transférés », leur avait souligné le directeur général de la CSVDC, Éric Racine.

La décision a permis à des parents comme Mélanie Beaudry de pousser un soupir de soulagement.

Devant les commissaires, elle s'est néanmoins dit « sincèrement sympathique à la cause des autres parents qui n'ont pas eu cette chance-là. »

« Ça avait été difficile pour sa soeur aînée, elle avait été déstabilisée, parce qu'il y avait peu d'amis qui ont changé en même temps, relate Mme Beaudry. C'est un peu comme si ton enfant s'en va toute seule dans la nouvelle école, sans point de repère et ça avait occasionné du somnambulisme, des difficultés à dormir, de gestion du stress pour l'enfant, mais aussi pour les parents »

D'autres se consolaient en se disant que leurs enfants n'auraient pas à changer de ville en plus de changer d'école. Les élèves du secteur Cowie seront déplacés à l'école Joseph-Poitevin plutôt que de devoir aller à Saint-Alphonse.

« Mes enfants vont changer d'école, mais au moins ils vont rester à Granby, soulignait Mélissa Lapierre. C'est une bonne nouvelle, parce qu'on reste à Granby, mais il va quand même falloir dire à nos enfants qu'ils vont changer d'école... »

Pas assez

L'un des membres du conseil d'établissement de l'école Saint-André, Steve Pelletier, croit que les commissaires auraient pu faire plus pour réduire davantage le nombre d'élèves touchés par le redécoupage.

« Nous trouvons dommage que d'autres propositions parfaitement légitimes faites par d'autres écoles n'aient pas été retenues. C'est triste de constater qu'il a fallu qu'on se batte », a-t-il déploré.

« On aurait aimé arriver ce soir et dire qu'il n'y avait pas d'impact, mais il faut se mettre un peu au-dessus de la mêlée et se dire que côté organisation, on a la responsabilité de mettre les enfants dans des écoles et s'assurer qu'ils soient au bon endroit et de bons services », se défend toutefois le président de la CSVDC, Paul Sarrazin.

Le redécoupage entrera en vigueur à compter de l'année scolaire 2019-2020.

« Ça va permettre aux gens qui n'ont pas encore des enfants qui vont à l'école, qui sont dans les programmes passe-partout ou à la maternelle d'être capable d'aller directement à leur nouvelle école et de ne pas subir un déplacement », résume M. Sarrazin.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards