Retour

Une centaine de personnes à la veillée aux chandelles de Madame Bou 

Madame Bou ferait peut-être le « saut » si elle pouvait voir tous les témoignages d'appréciation à son endroit. Depuis l'annonce de son décès vendredi, tous ceux et celles qui l'ont côtoyée au centre-ville de Sherbrooke, rendent hommage à la joie qu'elle répandait avec ses « Bou! »  sonores.

Lundi soir, une centaine de ses amis rencontrés au hasard de ses promenades au centre-ville se sont rassemblés devant l'hôtel de ville afin de lui rendre un dernier hommage. « Hip, hip, hip, Bou ! » ont-ils crié en choeur, à la lueur de leur chandelle.

Francine Lafond était devenue au fil des ans une sorte de légende. Sa présence dans les cafés, les bars, les restaurants était toujours la bienvenue. Les clients et les propriétaires lui offraient une consommation, un peu de nourriture et bavardaient avec elle. 

Quelques membres de la famille de Mme Lafond étaient également sur place. Ils étaient touchés de voir autant de personnes rassemblées à la mémoire de « Madame Bou ».  

Une rue Madame Bou? 

Une pétition circule par ailleurs sur Internet pour demander à la Ville de Sherbrooke de nommer une rue en son honneur.

« Madame Bou, ou Francine Lafond de son vrai nom, a marqué l'imaginaire sherbrookois durant plusieurs années. Pour lui rendre honneur, nous demandons simplement à la Ville de Sherbrooke de nommer une rue à son nom », peut-on lire dans le libellé de la pétition.

Plus de 650 personnes ont signé la pétition sur le site change.org.

L'annonce de la mort de Madame Bou a reçu beaucoup d'échos sur les réseaux sociaux, à Sherbrooke, comme à travers le Québec. À lui seul, le texte d'ICI Estrie a été partagé sur Facebook à 8500 reprises. 

Écoutez l'entrevue avec Valérie Verhoef qui côtoyait souvent Madame Bou à la Brûlerie Faro au centre-ville de Sherbrooke. 

 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards