Retour

Une délégation française veut s'inspirer de Drummondville

Une délégation française de la région d'Aulnay-sous-Bois a ratifié, lundi, une entente de partenariat avec la Ville de Drummondville. Ses membres s'intéressent à la manière dont la ville a réussi sa reconversion industrielle au cours des dernières décennies.

Depuis 2013, Aulnay-sous-Bois doit conjuguer avec la fermeture de l'usine Peugeot sur son territoire, qui a entraîné la perte de 6000 emplois au sein de la commune française. Elle tente donc de diversifier son économie, tout comme l'a fait Drummondville à la suite de la chute de son industrie textile.

« Aujourd'hui, on a 200 hectares de terrains à reconvertir et certainement avec un parcours qui va être assez similaire à celui de Drummondville », explique le directeur de la Maison de l'emploi d'Aulnay-sous-Bois, Sébastien Aubry.

La délégation française songe aussi à implanter un pôle universitaire dans sa commune. Elle a d'ailleurs visité le campus de l'Université du Québec à Trois-Rivières à Drummondville pour s'inspirer de son modèle.

En préparation du libre-échange

La ratification de cette entente de partenariat économique est aussi un prélude à des échanges accrus entre les deux communautés en prévision de la signature de l'accord de libre-échange avec l'Europe, selon le maire de Drummondville, Alexandre Cusson. 

« Drummondville accélère ses relations avec l'Europe pour être prête, pour être au rendez-vous lorsque l'entente sera signée. On dit que l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, nous, nous serons prêts quand ce sera définitif », assure-t-il. 

Plus d'articles

Commentaires