Retour

Une étudiante sherbrookoise témoigne de la dévastation en Haïti après l'ouragan Matthew

« Les Haïtiens ont besoin d'aide et ils ont besoin de nourriture. » Voilà le message que lance Cynthia Pilon-Potvin, stagiaire du Carrefour de solidarité internationale à Sherbrooke qui se trouve en mission en Haïti jusqu'en décembre prochain.

Pour elle, l'ouragan Matthew ne fait que s'ajouter aux difficultés des Haïtiens, déjà nombreuses. La tempête a fait cinq morts et d'importants dégâts matériels.

Selon les Nations unies, qui cite le gouvernement haïtien, au moins 350 000 personnes ont besoin d'aide humanitaire de façon urgente.

« La population souffre. On le voit et on le vit présentement, la réalité est difficile. Ils vivent dans l'insécurité alimentaire. Tout est à repenser en Haïti que ce soit au gouvernement, dans la politique et l'économie », souligne-t-elle.

« Repenser Haïti »

Fruit du hasard, des étudiants de l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke ont organisé, mercredi après-midi, un colloque portant sur l'aide au développement en Haïti. Lors des échanges, le professeur David Morin a souligné que l'aide humanitaire internationale ne fonctionne plus en Haïti et que la formule est à revoir. Une opinion partagée par la soixantaine d'étudiants sur place qui se sont déjà rendus en Haïti.

« C'est un des éléments qui a été insuffisamment développé dans les dernières décennies, de renforcer les capacités haïtiennes pour être capable de se substituer à l'appui de la communauté internationale et pour qu'elle soit elle-même responsable de son développement » , rappelle le professeur David Morin.

Plus d'articles