Retour

Une foire de l'emploi pour aider les travailleurs immigrants et âgés 

Trouver un nouvel emploi est souvent un défi de taille. Les difficultés montent en plus d'un cran pour certaines personnes. L'organisme Actions interculturelles a voulu leur donner un coup de main.

Pour une deuxième année, l'organisme a présenté la Foire de la diversité et de l'emploi à Sherbrooke. L'objectif : donner la chance aux personnes immigrantes, handicapées ou âgées de plus de 55 ans de se faire valoir auprès d'employeurs de la région.

Une trentaine d'employeurs étaient sur place. Des stations d'impression de curriculum vitae, des ateliers de préparation d'entrevues d'embauche; tout était mis en place pour permettre aux participants de la Foire de faire bonne impression auprès d'eux.

« C'est vraiment un moment de réseautage qui permet aux deux [parties] de se rencontrer, de voir s'il peut y avoir un arrimage entre l'employé et l'employeur », explique le directeur général d'Actions interculturelles, Mohammed Soulami.

Difficile d'être embauché

Même si plusieurs entreprises ont plusieurs postes à pourvoir dans la région, plusieurs peinent à dénicher un emploi. Le taux de chômage est d'ailleurs plus élevé chez les personnes immigrantes que la moyenen québécoise.

Imam Ali Paiwand Ali, originaire de l'Afghanistan, est arrivé au Québec il y a près d'un an. Pour lui, la langue est une barrière à son intégration au marché du travail. « Je n'ai pas d'emploi au Québec. C'est mon premier emploi que je cherche », mentionne-t-il.

Sarah-Eve Cardinal, membre d'Actions interculturelles, l'aide dans ses démarches. Elle facilite les contacts avec les employeurs potentiels. « On l'aide à appeler des employeurs, à se présenter devant les employeurs. Un évènement comme ça, ça lui permet de mettre ses compétences en pratique. »

Les travailleurs plus âgés ont également de la difficulté un emploi.

« Il y a de la réticence, c'est sûr que les gens ont peur de l'inconnu. Alors, c'est pour ça qu'il faut encourager ces employeurs à faire les premiers pas », explique Mohammed Soulami.

Plusieurs employeurs de la Foire ont compris le message et ont trouvé leur compte lors des deux jours d'évènement, certains ayant même déjà évalué des candidats en entrevue.

Plus d'articles