Retour

Une hausse « alarmante » des congés de maladie pour cause psychologique

La Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN) sonne de nouveau l'alarme. Elle s'inquiète d'une hausse importante (47 %) des congés de maladie pour cause psychologique en Estrie.

Ces statistiques ont été présentées dans le cadre d'un colloque de deux jours sur la santé psychologique au travail qui se déroule à Sherbrooke. Les représentants syndicaux de partout au Québec y sont conviés afin d'être mieux outillés sur les enjeux de santé psychologique.

Cet épuisement des employés a des répercussions sur les autres membres du personnel et sur la qualité des services, soutient Guy Laurion, vice-président de la FSSS-CSN.

Il a profité de ce colloque pour interpeller le gouvernement du Québec et les parties patronales. Une fois de plus, la réforme de la santé entreprise par le ministre de la Santé Gaétan Barette a été dénoncée par la Fédération.

« Cet essoufflement se répercute sur la santé du personnel, et, en plus, on ajoute à ça l'environnement du travail, la surcharge de travail. Il doit y avoir un message politique clair », a martelé Guy Laurion.

Pour les représentants de la FSSS-CSN, un meilleur encadrement du personnel permettrait d'épargner des dizaines de millions de dollars en réclamation d'assurance. Cet argent pourrait être réinvesti en ajout de ressources, en accompagnement des employés et pour améliorer le parrainage à l'intérieur des milieux de travail, croient-ils.

Des solutions simples?

Les solutions pour s'attaquer aux causes de cet épuisement des troupes sont parfois simples, a tenu à rappeler le professeur Jean-Pierre Brun, de l'Université Laval, une des sommités au Québec sur les questions de santé au travail.

« Quand on est à l'écoute des employés et des équipes, on voit souvent que les problèmes sont plutôt simples. Ils ne demandent pas une révision de l'ensemble de l'organisation ou encore une remise en cause de la nouvelle structure. Tout peut se jouer dans les deux ou trois mètres autour d'eux. Quand il est question de résolution rapide de problèmes, ce sont des petites choses simples qui sont à la portée des gestionnaires », assure-t-il.

Le CIUSS de l'Estrie - CHUS a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada. Par courriel, une représentante de l'organisation a indiqué « que la santé et le bien-être des employés sont des priorités », ajoutant qu'un plan d'action est déjà en place afin d'améliorer la situation.

Le colloque se termine jeudi, à Sherbrooke. LA FSSS-CSN compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés.

Plus d'articles

Commentaires