SHERBROOKE – La dernière saison n'a pas été de tout repos pour la ligne à l'attaque des Alouettes, qui a connu sa part de ratés en protection. Des jours meilleurs sont cependant à venir pour le nouveau quintette montréalais.

Un texte de Félix St-Aubin

Un groupe de joueurs a particulièrement été touché pour le mieux, théoriquement, par les multiples changements apportés par Kavis Reed depuis qu'il a hérité du titre de directeur général des Moineaux : la ligne offensive.

Les difficultés d'en arriver à une entente avec David Foucault et la perte de Jeff Perrett sur le marché de l'autonomie - il a tiré un trait sur sa carrière 10 jours après avoir paraphé un contrat avec les Argonauts de Toronto - ont obligé Reed à user d'un peu de son imagination pour confectionner une unité digne de ce nom.

Le premier geste qu'il a posé en ce sens a été de conserver les services de Luc Brodeur-Jourdan. Cette décision a entre autres permis de stabiliser le centre et redonner à Kristian Matte sa position naturelle de garde.

Reed a par la suite renforcé les extrémités de la ligne offensive en mettant la main sur les bloqueurs Jovan Olafioye et Brian Simmons. Les droits de Foucault et Vincent Brown étaient le prix exigé par les Lions de la Colombie-Britannique pour se départir d'Olafioye.

Ces manoeuvres ont insufflé du sang neuf au bataillon de l'entraîneur Paul Charbonneau et offrent aux Alouettes plusieurs possibilités, un luxe qui manquait à l'équipe en 2016.

« Kavis a su faire des acquisitions importantes durant la saison [morte] avec messieurs Simmons et Olafioye. Ces deux joueurs nous apportent énormément de talent sur la ligne offensive à des positions où l'on avait un peu plus de problèmes l'an dernier, a révélé Brodeur-Jourdain.

« [Le fait] d'avoir un jeune homme comme Philippe Gagnon en tant que réserviste, en ce moment, sur la deuxième unité (...) démontre que nous avons une très belle profondeur. Le crédit va à notre directeur général parce qu'il a su nous mettre en situation de compétition. Personne n'est assis sur ses lauriers. »

Cet état d'esprit favorable concernant la ligne à l'attaque fait partie du vocabulaire de tout un chacun, des protagonistes jusqu'à l'entraîneur-chef.

Après avoir accordé 64 sacs du quart en 18 rencontres lors de la dernière campagne, bon pour le dernier rang de la Ligue canadienne de football (LCF) et à des années-lumière de la moyenne du circuit Orridge (42 sacs), il allait de soi qu'une métamorphose devait être opérée.

Les additions de Simmons et Olafioye laissent présager un meilleur rendement pour cette unité qui aura avant tout le mandat de protéger Darian Durant, un habitué de l'infirmerie ces dernières saisons, lui qui a manqué à l'appel à 25 occasions pour cause de blessures depuis 2014.

« C'est solide jusqu'ici, on a de bonnes performances physiques et mentales et il n'y a pas beaucoup d'erreurs d'exécution de ces deux bonshommes. Ça nous permet d'être beaucoup plus solides sur les coins de la ligne offensive », a analysé Jacques Chapdelaine.

Olafioye, une étoile méconnue

Les ajouts de Durant et Ernest Jackson pendant l'entre-saison ont monopolisé l'attention de la nouvelle ère qui s'est amorcée chez les Alouettes. C'est dans l'ordre des choses, on parle ici d'un pivot qui compte deux conquêtes de la Coupe Grey et d'un receveur éloigné qui n'a rien à envier à ses homologues de la LCF.

Mais une autre embauche - aussi importante que les deux autres, soit dit en passant - est passée sous le radar : la signature d'Olafioye.

Le colosse de 6 pi 6 po (1,98 m) et 325 lb (147,4 kg) agit comme bloqueur à gauche, soit l'élément essentiel à la bonne santé physique du quart. C'est cet homme qui s'interpose entre les joueurs défensifs et l'angle mort de Durant. Rien de moins.

Olafioye est ce qu'on appelle un homme de fer dans le jargon sportif. L'Américain de 29 ans, un abonné de l'équipe d'étoiles de la LCF depuis 2011, n'a jamais raté une rencontre en 7 campagnes.

En mettant le grappin sur ce gaillard, les Alouettes ont déniché un joueur qui « se présente à tous les matchs et à tous les entraînements, travaille d'arrache-pied et fait preuve de leadership », selon le principal concerné.

Ses dires sont confirmés par Chapdelaine, qui ne tarit pas d'éloges à son endroit.

« On l'a vu mardi dans la séquence de jeu où l'on mettait l'emphase sur le jeu au sol, on avait de bonnes brèches. On voit que c'est un peu plus agressif et solide sur la ligne offensive, et Jovan est l'une des raisons pourquoi il en est ainsi », a-t-il poursuivi.

Le garde Kristian Matte, de son côté, se considère privilégié de pouvoir partager la ligne à l'attaque avec un joueur de la trempe d'Olafioye.

« Je me sens chanceux. Quand j'ai commencé [à jouer] avec les Alouettes, il y avait Josh Bourke et Jeff Perrett, deux joueurs exceptionnels et très talentueux. Jovan, c'est la même chose. Il a beaucoup de talent, il est très fort et très athlétique. »

Qui sait, peut-être que la plus grosse prise de Reed durant l'hiver ne se retrouve pas aux postes de quart ou de receveur éloigné.

De bonnes nouvelles de Durant

En début de soirée, la direction des Alouettes a publié un communiqué sur l'état de santé du quart Darian Durant, absent des séances d'entraînement mercredi, en raison d'un blessure au genou gauche. Elle y confirme l'optimisme qu'elle affichait la veille.

« Après avoir subi un examen par résonance magnétique et avoir été examiné par notre équipe médicale, Darian ne souffre d'aucune blessure majeure. La date de son retour au jeu sera réévaluée sur une base quotidienne. »

Plus d'articles

Commentaires