Retour

Une oeuvre d'envergure installée devant la cathédrale-basilique de Sherbrooke

Depuis mardi, la devanture de la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke a pris une nouvelle allure avec l'installation d'une immense oeuvre signée Matthieu Binette.

Faite de bronze soudé, l’œuvre surplombe la passerelle d’accès universel. On y distingue notamment des ogives et des arches typiques de l’architecture gothique. Au total, l'oeuvre pèse près d'une tonne et mesure 7 m (23 pieds) de long et 3 m (10 pieds) de hauteur.

« Ce ne sont pas des personnages, ce que je fais habituellement dans mon travail. Là, je suis complètement allé ailleurs. Je suis plus allé dans l'architecture avec des voûtes, des rosaces. C'est comme une clôture, un portail en bronze. On dit que c'est gothique, mais je suis tellement dedans que je n'arrive pas à le voir. Pour moi, c'est les voûtes avec la rosace qui était très importante », admet l'artiste sherbrookois.

Le projet s'est étalé sur deux ans du moment où le téléphone a sonné pour lui demander de produire une telle oeuvre jusqu'à l'installation qui a eu lieu mardi. « Au départ, je m'en allais vers les personnages, mais c'est en discutant avec des gens que des détails se sont imposés comme avec le déneigeur qui me disait où il allait mettre la neige et le sel. Il y a plein de places à la cathédrale. C'est une bâtisse fascinante qui a été construite en plusieurs parties. Il y a des places semi-cachées où la voûte est arrivée avec la rosace », raconte Matthieu Binette.

Celui qui a été enfant de choeur dans cette église a vécu avec émotion l'installation de son oeuvre. « J'ai eu un parcours à la cathédrale quand j'étais petit. De revenir là, c'est fascinant. D'y mettre une sculpture là, je ne sais pas trop comment le prendre. Je l'ai installée hier, la pression vient de tomber. »

Le Sherbrookois s'est grandement inspiré de l'architecte espagnol Gaudí qui est derrière la Sagrada Familia. « Il a popé. Je n'ai pas fait de recherche. Je le connais. Ce n'est pas seulement la cathédrale, mais la nature, la texture, sa méthode, sa philosophie en arrière qui va rappeler la texture que j'ai faite, la méthode », dit-il.

L'oeuvre a été entièrement faite par un procédé de goutte-à-goutte, la marque de commerce de l'artiste. « Ce n'est que de la soudure. Chaque tuyau a été fait. Je n'ai pas acheté des tuyaux que j'ai beurrés. Ce sont 32 tiges qui font des plaques que j'ai courbées, que j'ai soudées ensemble. »,

C'est l'homme d'affaires André L'Espérance qui a financé le projet. C'est la troisième oeuvre d'envergure extérieure de Matthieu Binette : une orne l'entrée du restaurant OMG et l'autre se retrouve devant les Résidences Vü.

Plus d'articles