Retour

Une rentrée sous le signe de la nouveauté pour les élèves du secondaire

Quelque 8000 élèves de la Commission scolaire des Sommets (CSS) prennent le chemin des classes ce jeudi. Des nouveautés les attendent cette année dans leur parcours scolaire.

Tout d'abord, les élèves de cinquième secondaire suivront un cours d'éducation financière. Bien que certaines écoles l'offraient déjà à titre optionnel, il devient obligatoire dès septembre et vaudra deux crédits. Les élèves auront à développer leur sens critique face à différents enjeux financiers. Un autre volet lèvera le voile sur le marché du travail et les aspects financiers qui s'y rattachent comme les impôts et le salaire.

« L'an dernier, en 2016-2017, des formations avaient été organisées par des conseillers pédagogiques de la Commission scolaire. Il y a des enseignants qui ont assisté à ces formations et selon les commentaires que nous avons recueillis, ils semblaient à l'aise avec le contenu du cours. Pour nous, le cours d'éducation financière ne semble pas poser problème », indique la directrice générale à la CSS, Édith Pelletier.

Éducation à la sexualité

Avec la grande réforme pédagogique des années 2000, les cours d'éducation à la sexualité ont disparu. Le ministère de l'Éducation du Québec croit maintenant que les jeunes ont besoin de cette formation pour faire des choix éclairés et pour lutter contre l'intolérance, la violence dans les couples et la « culture du viol ». Bien que de nombreuses écoles fassent partie d'un projet-pilote, les cours d'éducation à la sexualité ne sont pas encore obligatoires.

La Commission-Scolaire-des-Sommets ne sait pas encore combien d'écoles opteront pour offrir le cours d'éducation à la sexualité. « C'est important de se rappeler que ce cours-là prévoit, pour l'année scolaire complète, cinq à dix heures de cours d'éducation à la sexualité. C'est vraiment chaque école de déterminer, en fonction de leur réalité de leur milieu, de leur compréhension de leur programme, si elles veulent expérimenter ou non. La Commission scolaire ne met pas de pression du tout. Ça appartient aux écoles », soutient Mme Pelletier.

Cette dernière rappelle que la CSS a des ressources pour seconder les écoles qui voudraient offrir ce cours.

Le cours d'histoire sera pour sa part revisité.

Improvisation déplore le Syndicat

Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE) allègue que Québec improvise et qu'il impose des cours à la pièce selon ce qui semble à la mode. On demande une véritable vision d'ensemble de la part du ministère de l'Éducation. « On aurait préféré que le gouvernement prenne le temps d'établir des priorités, prenne le temps d'offrir des formations adéquates pour le cours d'éducation financière et qu'il évite de couper dans un cours comme celui de monde contemporain offert en cinquième secondaire qui propose vraiment de grands enjeux de société », souligne le président du SEE, Richard Bergevin.

Le début des classes est prévu le 29 août à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Plus d'articles

Commentaires