Retour

Une résidence intermédiaire dénonce l'impact d'équipements défectueux

Une résidence intermédiaire de Sainte-Élisabeth-de-Warwick au Centre-du-Québec, qui reçoit des personnes polyhandicapées avec une déficience intellectuelle, lance un cri d'alarme. Le bris de lève-personnes fournis par la santé publique a entraîné des délais de remplacement injustifiables aux yeux de l'établissement.

La copropriétaire de la ressource familiale, Johanne Therrien, qui travaille dans le domaine depuis 18 ans, se dit à bout de souffle.

Elle doit subvenir aux besoins de quatre patients, sept jours sur sept, 24 heures sur 24, et affirme que le système de santé ne lui fournit pas l'équipement nécessaire pour en prendre soin.

Bris d'équipements et délais

Elle raconte que vendredi dernier, aucun des deux lève-personnes, que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) lui a apporté, ne fonctionnait. Un troisième lève-personne est arrivé le lendemain, soit beaucoup trop tard selon l'infirmière de profession.

Elle a pris l'initiative de transférer des bénéficiaires, sans l'utilisation des équipements qui auraient assuré sa sécurité.

« Ça a été pénible et on aurait pu se blesser », dit Johanne Therrien, qui se désole surtout pour les personnes dont elle prend soin. « Ils sont restés dans leur culotte d'incontinence », dit-elle, et ce environ quatre heures de plus qu'à la normalité.

Johanne Therrien affirme que les équipements ont besoin d'un entretien depuis le mois d'octobre et que cela n'a toujours pas été fait.

Pour sa part, le CIUSSS MCQ a indiqué ne pas être en mesure de commenter ce cas précis pour l'instant.

À bout de souffle

Épuisée, Johanne Therrien dit vouloir quitter la profession lorsqu'elle aura réussi à vendre sa maison. Ce n'est pas de gaité de coeur.

« On est en train de tuer un sytème qui est à mon sens une belle chose », dit celle qui dit ne pas être la seule à vivre une situation difficile. « Ils [les responsables de familles d'accueil] tombent malades, ça brise des couples », ajoute Johanne Therrien.

Avec les informations d'Anne-Andrée Daneau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine