Retour

Une résidente de Lac-Mégantic menacée d'extradition vers les États-Unis

De nombreuses voix s'élèvent pour demander au gouvernement fédéral d'empêcher l'extradition d'une mère de famille accusée aux États-Unis d'avoir enlevé ses trois enfants en novembre 2010. Cette dernière s'était réfugiée à Lac-Mégantic.

Un texte de Geneviève Proulx

Depuis le 11 décembre, cette femme fait la grève de la faim à la prison Tanguay de Montréal, à la suite d'une décision de la Cour suprême visant son extradition vers les États-Unis. L'accusée soutient avoir fui pour soustraire ses enfants à la violence de leur père. « Elle a fait ça pour notre bien, pour nous protéger, pour nous emmener en sécurité. Elle savait que nous étions dans une situation de violence et qu'il fallait que nous sortions de là », raconte l'une de ses filles, que l'on ne peut pas identifier pour des raisons de sécurité.

L'adolescente conserve de douloureux souvenirs de sa vie avec son père aux États-Unis. Alors qu'il avait la garde exclusive des enfants, il leur a fait subir de mauvais traitements, raconte-t-elle. « Souvent, c'était avec une ceinture ou avec des objets qu'il trouvait. Au début, on pensait que c'était correct et que c'était ce qu'un père était censé nous faire », ajoute-t-elle.

Depuis leur arrivée à Lac-Mégantic, les procédures judiciaires se succèdent. « On parle de la Cour supérieure, de la Cour d'appel, de la Cour suprême, ça dure depuis cinq ans. J'ai vu cette famille-là et comment les enfants s'en sortent bien. C'est une bonne mère. On ne peut pas arriver à dire qu'une mère peut être pénalisée de 15 ans d'emprisonnement, ce n'est pas possible! » déplore Sylvie Morin, directrice de La Bouée régionale, une maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

Le député conservateur de Mégantic-L'Érable s'est impliqué dans le dossier. « Je me suis informé s'il y avait un moyen de faire quelque chose. La ministre de la Justice peut empêcher l'extradition et faire en sorte que cette famille reste réunie, ici, au Canada », dit Luc Berthold.

Une pétition est en ligne pour demander l'intervention urgente de la ministre de la Justice afin que la femme puisse rentrer à la maison.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?