Retour

Une soirée cinéma-pizza pour des personnes démunies de Sherbrooke

Une sortie au cinéma et un souper pizza, suivie d'une soirée musicale : le concept est simple, mais il a visiblement ravi une centaine de personnes à Sherbrooke. Initiative d'un groupe d'étudiants de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke, cette soirée visait à offrir un beau moment à des personnes démunies.

Un texte de Marie-Claude Lyonnais

Charles Laliberté, étudiant en orientation, est l'un des membres organisateurs de ce projet. Il souhaitait, à l'instar de plusieurs confrères de classe, développer un projet social.

« On avait envie d'aider les gens dans le besoin », explique-t-il.

Après consultation auprès de l'Armée du Salut, le groupe a donc réservé une salle à la Maison du cinéma, permettant ainsi à 100 personnes d'assister gratuitement à une projection du film « Le livre de la jungle ». Par la suite, les gens ont été invités à se rassembler à l'Armée du Salut pour y dévorer un morceau de pizza, et s'amuser au karaoké.

Les étudiants ont pu bénéficier d'une subvention des Caisses Desjardins, de même que de la Faculté d'éducation pour réaliser l'activité. Les sourires sur les visages valaient tout le travail, souligne Charles Laliberté.

Le cinéma a été choisi comme activité parce qu'il permettait à un maximum de gens d'y participer.

« C'était super important pour nous que ça reste au centre-ville et que ça reste à pied. C'est une belle occasion de ne pas perdre des gens. Si c'est trop loin, ils vont peut-être s'empêcher », explique Charles Laliberté.

L'Armée du Salut enchantée par l'idée

L'Armée du Salut était très enthousiaste de l'initiative des étudiants. C'est même l'organisme qui leur a suggéré d'organiser une soirée cinéma.

« Quand ils nous ont approchés, ils ne savaient pas trop comment s'enligner. La soirée cinéma, c'était une soirée qu'on faisait ici, avec les moyens du bord [...] Ils ont trouvé que c'était une bonne idée d'amener les gens dans une vraie salle », souligne le directeur général de l'Armée du Salut de Sherbrooke, Claude Dagenais.

M Dagenais mentionne que l'activité, se déroulant le 1er du mois, a peut-être même eu un double impact positif.

« Le 1er du mois, on vend des cartes repas à 5 $ pour 12 repas », explique-t-il. L'activité ayant attiré de nombreuses personnes, plusieurs d'entre elles en ont profité pour se procurer une carte, plutôt que « de dépenser 20, 30 $ dans un fast food  ».

« Ceux qui sont ici ne sont pas en train de dépenser sur l'impulsion du moment », souligne-t-il.

Plus d'articles

Commentaires