Luc Dubois est un vrai passionné de musique et surtout de vinyles. Il suffit d'entrouvrir la porte de son appartement de Drummondville pour comprendre.

Un texte d'Émilie Richard

Dans un décor victorien, 4 gramophones, 2 phonographes à cylindre, un jukebox de 1936 et une collection de plus de 2 000 disques ont trouvé une place de choix.

« Ça me vient de ma mère lorsque j'étais enfant, elle me laissait écouter ses anciens 18 tours et j'ai développé cette passion-là pour ces anciennes chansons. Ensuite, j'ai voulu avoir un ancien gramophone, un phonographe et de fil en aiguille je me suis ramassé avec cette collection », confie le mélomane qui est aussi agent de sécurité au Cégep de Drummondville.

Sa collection, Luc Dubois la fait grandir depuis plus de 35 ans. « Quand j'étais adolescent, j'ai fait du porte-à-porte pour avoir des anciens disques », ajoute-t-il.

Des pièces uniques

Par hasard, le collectionneur a mis la main sur des exemplaires rarissimes que peu peuvent se vanter de posséder. Comme la première version de l'hymne national canadien, enregistré sur un cylindre, en 1907.

D'autres pièces rares le rendent tout aussi fier. Des 75, 76 ou 84 tours et même, un 80 tours de 5 millimètres d'épaisseur qui a plus de 100 ans.

Luc Dubois classe ses vinyles par catégorie, par ordre alphabétique et par numéro. Il sait exactement où tous ses disques se trouvent.

« J'ai l'impression de vivre avec de vieux fantômes. Tous ces artistes-là sont décédés et ce sont des choses qui ont été faites par des gens décédés pour des gens décédés. Moi, je suis le conservateur maintenant. En espérant que quand je ne serai plus là, quelqu'un d'autre saura les conserver aussi bien que moi. »

D'ici à ce que sa nièce hérite de certaines belles pièces, le collectionneur les écoute à profusion

« Le matin, je m'amuse à écouter un 78 tours, la fin de semaine, je m'amuse à écouter des cylindres », raconte-t-il en riant. Il lui arrive parfois même de danser. Difficile de s'en empêcher, avoue-t-il, un peu gêné. Surtout lorsque les chansons du « King » Elvis Presley résonnent dans son jukebox.

Plus d'articles

Commentaires