De récents cas de fraudes inquiètent particulièrement des enseignants des quatre coins du Québec. Parmi eux, plusieurs enseignants de l'Estrie et de Québec se sont fait voler leur identité. Des vols qui auront permis aux fraudeurs d'obtenir des dizaines de cartes de crédit et de se procurer des téléphones cellulaires en leur nom. D'où provient la fuite de leurs données personnelles? C'est ce que Manon Blanchet, enseignante à l'école Saint-Philippe de Windsor et François Charland, enseignant au secondaire aux adultes dans la région de Québec, se demandent.

C'est en janvier dernier que Manon Blanchet commence à se douter de quelque chose.

« Quand j'ai reçu un appel d'un Rona de Montréal pour me dire qu'une compagnie de matériaux de construction se partait à mon nom, ça été le premier son de cloche. » Puis, il y a deux semaines, la représentante d'une banque l'appelle pour vérifier si elle a bien fait une demande de carte de crédit. ;)

En tout, 40 demandes de carte de crédit étaient en cours depuis décembre, trois cartes étaient en circulation, dont une qui possédait un solde de quelques milliers de dollars. « Je suis découragée un petit peu. On se demande qu'est-ce qui se passe. Mon numéro d'assurance sociale circule un peu partout. C'est inquiétant », exprime madame Blanchet. Toutes les demandes et les cartes enregistrées à son nom ont été annulées à sa demande et une alerte à la fraude a été mise sur son compte. Une enquête des agences d'évaluation de crédit est en cours, elle doit maintenant porter plainte à la police.

Le SPVQ enquête

Pour sa part, l'enseignant François Charland a porté plainte au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) lorsqu'il a constaté, lui aussi, le vol de son identité, à la fin du mois de décembre dernier. C'est un appel de Bell Canada qui lui indique que deux appareils mobiles ont été achetés la même journée avec son permis de conduire qui le met sur la piste. Il contacte lui aussi Equifax et TransUnion qui lui confirment la fraude et en informe les autorités policières qui, il y a deux mois, ont mis fin à l'enquête par manque de preuves. C'est lorsqu'il fait parvenir à la police le deuxième avis d'une compagnie de location de voiture de Toronto pour un constat d'infraction impayé que l'enquête reprend.

« Je suis mi-figue mi-raisin. Je suis content qu'on m'ait contacté à temps pour pouvoir faire toutes les démarches nécessaires, mais j'essaie de voir quelles répercussions à moyen et à long terme ça peut avoir. Je suis déçu que mes données personnelles se retrouvent piratées. C'est plus un cri du coeur pour avertir mes collègues de vérifier leur dossier », lance François Charland.

Des gens de Drummondville, Gatineau, Québec et Montréal vivent la même chose selon des témoignages recueillis sur sa page Facebook après avoir voulu mettre en garde ses collègues. « Ça reste encore nébuleux. Est-ce que c'est le ministère, est-ce que ce sont les commissions scolaires ou bien leur fédération », se questionne-t-il sans vouloir blâmer qui que ce soit.

La police de Québec confirme que depuis le début de l'année, elle a ouvert neuf dossiers de fraude de vol d'identité dont la particularité est que les plaignants sont des enseignants. « Étant donnée la complexité dans les dossiers de vol d’identité afin d’identifier le moment et l’endroit où les données ont été volées », le SPVQ n'accordera pas d'entrevue sur ces dossiers confirme le relationniste David Poitras.

Du côté de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), elle a été mise au fait de la situation et tentera d'évaluer l'ampleur de la problématique.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine