Retour

Vol de médailles militaires : Marco St-Gelais devra se contenter de répliques

Comme on n'a pas retrouvé les médailles militaires qui lui ont été dérobées en 2016, Marco St-Gelais a choisi de les remplacer par des répliques. L'homme avait lancé un appel à l'aide sur Facebook pour qu'on l'aide à retrouver ses médailles qui ont une très grande valeur pour lui.

« J'ai pu les ravoir en passant par le système militaire à Ottawa. Ce que j'ai eu, ce sont des copies, pas mes originaux. Je ne les ai jamais retrouvées. J'ai été obligé de racheter mes médailles », explique M. St-Gelais.

Tant que les médailles originales sont en circulation, Ottawa refuse d'en émettre de nouvelles. Celles achetées sont estampées d'un « R » signifiant qu'elles sont des répliques.

Le résident d'East Angus a dû déployer bien des efforts pour mettre la main sur ces honneurs militaires. « J'ai dû envoyer tout mon pedigree et mes dates de mission avec leur nom à Ottawa. Chaque médaille a un coût différent. En tout, j'ai déboursé 200 $ pour les miennes. »

Même si ce ne sont pas les mêmes, M. St-Gelais assure qu'il les portera avec la mienne fierté. « C'est sûr que je suis content de les avoir. Je vais pouvoir participer au jour du Souvenir ce que je n'avais pas pu faire l'an dernier. Elles représentent le sacrifice, c'est ma vie au complet, mes amitiés, mes frères d'armes. Elles ont une grande valeur autant sentimentale que glorieuse. Mes médailles me rappellent que j'ai servi mon pays. »

Selon lui, il y a un marché de collectionneurs de médailles militaires. « La médaille de l'Afghanistan est assez rare. J'imagine que quelqu'un qui veut l'avoir dans sa collection en plus de celles de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, sûrement que ça hausse sa collection. »

Marco St-Gelais a participé à six missions à l'étranger au sein des Forces armées canadiennes.

Plus d'articles

Commentaires