Retour

Wagon à la dérive : les leçons apprises après Lac-Mégantic non appliquées à Saskatoon

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a dévoilé mardi son rapport d'enquête sur la dérive d'un wagon de train du Canadien Pacifique en 2016, à la gare de triage Sutherland, de Saskatoon. Ce rapport souligne que des recommandations formulées dans la foulée du terrible accident de Lac-Mégantic n'ont pas été mises en application.

Un texte de Carl Sincennes

Les recommandations qui ont été ignorées sont en lien avec les risques encourus par les mouvements de matériel roulant non contrôlés. Tout comme à Lac-Mégantic, « les moyens de défense actuels » n'ont pas été suffisants pour « améliorer la sécurité », selon le BST.

Durant la nuit du 26 au 27 mars 2016, un wagon de marchandises vide s'est détaché d'un train du Canadien Pacifique durant des manœuvres à la gare de triage. Ces manoeuvres étaient effectuées de façon téléguidée.

Le problème est que l'équipe responsable de ces manoeuvres a décroché le dernier wagon, celui qui a dérivé, d'un train en vue de le laisser sur la voie, mais elle a été dérangée par l'arrivée d'un autre train. Le premier train a donc été déplacé, mais l'on avait oublié de raccrocher le dernier wagon.

Comme il n'y a pas de dérailleur sur la voie empruntée par ce train, le wagon non contrôlé s'est engagé sur la voie principale en direction ouest et a dérivé pendant un peu plus de 1,5  kilomètre en traversant deux passages à niveau public munis de dispositifs de signalisation automatique avant de s'arrêter.

Depuis l'incident, ce type de manœuvre est dorénavant effectuée par des équipes traditionnelles de trois personnes, et des freins à air sont utilisés, mais il n'y a toujours pas de dérailleur sur la voie principale.

« Transports Canada exige des compagnies ferroviaires canadiennes qu'elles mettent en place des moyens de défense physiques supplémentaires pour empêcher le matériel de partir à la dérive », affirme le BST.

Il n'y a eu pas eu de blessé ni de déraillement, et il n'y avait pas de marchandise dangereuse en cause.

Au cours des 10 dernières années, il y a eu 541 évènements mettant en cause des mouvements non contrôlés, selon le BST. De ce nombre, 56 % ont entraîné des collisions, et 11 % ont eu une incidence sur la voie publique.

Plus d'articles