Retour

2300 travailleurs débrayent en Mauricie et au Centre-du-Québec

Les grèves tournantes du front commun de la fonction publique se poursuivent partout au Québec mardi alors que les syndiqués dénoncent la lenteur des négociations concernant le renouvellement de leurs conventions collectives et les gels de salaires que Québec tente de leur imposer.

La journée de grève décrétée par le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) touche notamment les employés de Revenu Québec, de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), de la Société de l'assurance-automobile du Québec (SAAQ) et du Palais de justice à Trois-Rivières. 

La grève implique quelque 1500 employés en Mauricie et 800 au Centre-du-Québec.

C'est la première d'une série de six journées de grèves tournantes pour les employés du SFPQ. « On peut voir ça comme une journée de pratique », dit le président régional, Frédéric Dagenais. Cinq autres journées de grève sont prévues par le SFPQ les 12 et 13 novembre ainsi que les premier, 2 et 3 décembre.

Pour l'ensemble du Québec, 125 000 des 450 000 syndiqués exercent leur droit de grève mardi.

Un gel salarial de deux ans

Le gouvernement québécois du premier ministre Philippe Couillard propose à ses employés un gel de salaire de deux ans et des augmentations de 1 % par année au cours des trois années suivantes.

Ces augmentations salariales, qui représentent 3 % sur cinq ans irritent les syndiqués qui réclament 4,5 % par année au cours des trois prochaines années, pour un total de 13,5 % sur 3 ans. Des offres jugées insuffisantes par les syndiqués.

De son côté, le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, dénonce le mouvement de grève alors que les négociations se poursuivent. Il estime que les offres du gouvernement sont « justes » et « responsables » dans le contexte où le gouvernement du Québec garde le cap sur l'atteinte de l'équilibre budgétaire.

Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars dernier.

Grève tournante du Front commun mercredi

La grève du secteur public touchera de nombreux établissement en éducation et en santé en Mauricie et au Centre-du-Québec mercredi. 

Plus d'articles

Commentaires