Retour

« 30 en bas de 30 » : Marie-Julie Allard et la recherche sur l'autisme

Du haut de ses 25 ans, l'étudiante au doctorat en neuroscience de l'Université McGill, Marie-Julie Allard, a déjà publié le fruit de ses recherches dans la revue scientifique Autism Research Journal. Elle s'intéresse aux facteurs de risque de l'autisme pendant la grossesse.

L'inspiration de la jeune femme originaire de Sainte-Thècle lui vient de son milieu familial. La soeur de Marie-Julie Allard est atteinte d'une maladie rare, le syndrome du cri du chat.

C'est pour tenter de mieux comprendre la science et de contribuer à faire évoluer la recherche que Marie-Julie Allard a quitté sa région natale pour la métropole. 

Même si ses principaux intérêts de recherche portent sur l'autisme, elle avoue rester à l'affût de l'évolution scientifique par rapport à la maladie de sa soeur, aujourd'hui âgée de 21 ans.

Le plus grand rêve de Marie-Julie Allard est de pouvoir poursuivre sa passion.

« J'adore la recherche et ce serait de continuer dans cette direction-là, mais aussi d'être capable de vulgariser la recherche, dit-elle. Oui, on a une passion, on veut que notre projet avance le plus possible, mais on veut aussi que la population sache ce que nos recherches peuvent faire, leurs retombées. »

Son objectif à long terme serait de diminuer l'incidence de l'autisme et sa prévalence.

Plus d'articles