Retour

« 30 en bas de 30 » : Philippe Casabon, le skieur urbain de Vallée-du-Parc

Philippe Casabon, alias Phil Casabon, est pratiquement né sur les pentes. Son grand-père est l'un des fondateurs de la station de ski Vallée du Parc à Shawinigan. Mais c'est dans la rue qu'il a choisi de pratiquer son sport, qu'il élève au statut d'art dans ses vidéos.

Un texte de Michelle Raza

L’une de ses plus récentes vidéos lui a permis de décrocher en février dernier le prix « Real Ski 2018 », un concours organisé par la compétition de sports extrêmes X Games.

Dans sa vidéo, vue plus de 38 000 fois sur la plateforme YouTube, Philippe Casabon exécute des prouesses spectaculaires sur des rampes d’escalier et du mobilier urbain du secteur de Grand-Mère.

Il a décroché la médaille d’or à sa première participation, remportant tant le vote du jury que celui du public. L’organisation de la compétition de « Real Ski » l’invitait depuis trois ans à soumettre sa candidature au concours.

Faut-il être un peu fou pour faire ce qu’il fait? « Absolument », a admis le principal intéressé au micro de 360 PM. « J’ai tellement peur quand j’approche (un mouvement), mais c’est un aussi un plaisir que de vaincre ses peurs et de savoir que tes idées peuvent se manifester dans la réalité. »

15 ans de métier en ski urbain

Philippe Casabon se démarque par son style novateur et relax. Il a créé au fil des ans plusieurs mouvements de « real-ski » admiré et repris par les autres skieurs de sa discipline.

L’athlète de 28 ans a commencé à skier à 2 ans. Il a été membre de l’équipe de compétition de Vallée du Parc pendant quelques années, avant de comprendre qu’il voulait pratiquer un style plus casse-cou.

C’est son frère aîné Alexandre qui lui a présenté ses premières vidéos de ski urbain, une révélation pour le jeune skieur.

Près de 15 ans plus tard, Philippe Casabon gagne sa vie en faisant du ski, surtout grâce à ses commanditaires.

Les Jeux olympiques, très peu pour lui

Le skieur urbain a suivi dans les dernières semaines les Jeux olympiques de Pyeongchang, où plusieurs participants des X Games ont pris part aux compétitions, comme Alex Bellemare de Saint-Boniface, en Mauricie.

Pas question pour Casabon cependant de viser une carrière olympique. « J’ai fait ce choix il y a environ huit ans, a-t-il expliqué, parce que ça demande trop de structure dans un sport que je considère plus libre. »

Son objectif est plutôt de continuer à skier comme il le fait déjà le plus longtemps possible. Il aimerait aussi organiser des événements et devenir mentor.

Plus d'articles