Retour

30 mois de prison pour un chauffard à motoneige

Sébastien Deblois, ce motoneigiste reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions, a écopé d'une peine d'emprisonnement ferme de 30 mois. L'accident de motoneige est survenu en 2012, à Saint-Alexis-des-Monts.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Deblois, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrestation depuis plus d’un an, s’est rendu aux autorités le mois dernier.

Pris de panique, il avait quitté le pays pour aller rejoindre sa femme en République Dominicaine après avoir été reconnu coupable au terme de son procès qui a eu lieu à l’automne 2015.

Il s'était alors présenté au palais de justice de Shawinigan devant le juge Guy Lambert sans avocat.

Le dossier avait été remis pour donner le temps à l'avocate qui a accepté de le représenter de se familiariser avec l'affaire.

Je m'attendais à être soulagée, mais la pression n'est pas redescendue encore. 30 mois ne redonneront pas ce que j'ai perdu.

Julie Lebrun, victime

C’est une peine qui est juste dans les circonstances. Les victimes ont subi des séquelles sérieuses.

Me Karine Bussières, avocate de la défense

Séquelles importantes

La vie de Julie Lebrun et de son conjoint, Marc Pellerin, a basculé le 5 février 2012 quand leur motoneige est entrée en collision avec celle de Sébastien Deblois.

Mme Lebrun, enceinte lors de l'accident, a subi une fracture ouverte à une jambe laissant de graves séquelles permanentes.

Après de multiples opérations et infections, elle a repris le travail, mais elle marche toujours avec difficulté. Elle souffre quotidiennement de douleurs et ses mouvements sont limités.

Le juge Guy Lambert a mentionné qu'il souhaitait que cette peine soit dissuasive pour quiconque aurait l'idée de conduire en état d'ébriété, que ce soit un VTT ou une motoneige.

Plus d'articles