Retour

À 18 ans, elle a voulu rencontrer tous les chefs avant de voter pour la première fois

À 18 ans, Lysa Bergeron votera pour la toute première fois, lundi, et elle ne prend pas son devoir de citoyenne à la légère! La jeune femme de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, en Mauricie, a décidé de se faire sa propre idée... en tentant de rencontrer directement chacun des chefs de parti au cours de la campagne qui s'achève.

Un texte d'Alexandre Duval

Si son souhait ne s'est pas tout à fait réalisé, Lysa Bergeron a néanmoins réussi à faire quelques rencontres et à mieux connaître les positions de chaque parti au cours des 78 derniers jours.

« Je ne voulais vraiment pas voter selon le choix de ma famille, je voulais vraiment avoir mon opinion à moi. Je trouvais ça important de se forger une opinion », explique la jeune femme à un jour du scrutin du 19 octobre.

De passage à Trois-Rivières, dimanche, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a accepté de rencontrer celle qui étudie en biologie médicale à l'UQTR.

« Il a pris le temps de répondre à mes questions. Ça, j'ai aimé ça. C'était franc. Il n'a pas évité de questions. Il n'a pas voulu changer de sujet », a dit Lysa Bergeron au terme de sa rencontre.

La jeune femme a aussi pu rencontrer le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, en septembre. « Justin Trudeau, lui, il est venu à moi pour prendre une photo [...] Il était très proche des gens, il serrait les mains, il prenait soin de chaque personne qui était présente », soutient-elle.

Si elle n'a pas pu s'entretenir avec le chef du NPD puisque Thomas Mulcair ne s'est pas présenté en Mauricie durant la campagne, elle n'écarte pas la possibilité d'offrir son vote au candidat néo-démocrate de sa circonscription.

Lysa Bergeron a aussi eu l'occasion de se présenter à un rassemblement conservateur lors d'une visite de Stephen Harper dans la région. Bien qu'elle n'ait pas pu lui adresser la parole directement, elle dit l'avoir trouvé « plus chaleureux qu'on le présente ».

À moins de 24 heures du scrutin, la jeune femme soutient qu'elle ne sait toujours pas à qui elle accordera son vote. Son exercice en aura tout de même valu la peine, puisqu'elle affirme que son premier voter est déjà « gravé dans [sa] mémoire ». 

D'après les informations d'Amélie Desmarais.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine