Retour

À la défense de Bacon, un cochon miniature de Trois-Rivières

Une rencontre aura lieu vendredi au sujet de la controverse entourant un cochon miniature à Trois-Rivières. Un voisin s'est plaint de la présence de cet animal à la Société protectrice des animaux (SPA) de la Mauricie.

L'éleveuse de l'animal et la propriétaire du cochon nommé Bacon vont tenter de convaincre les représentants de l'organisme d'autoriser sa présence sur son territoire.

Valérie Larose St-Louis, dont l'entreprise est installée à L'Avenir, au Centre-du-Québec, est celle qui a vendu l'animal à Catherine Richard-Daigneault. Sa cliente l'a d'ailleurs contactée tout de suite après avoir eu la visite de la SPA Mauricie.

L'éleveuse de cochons miniatures affirme qu'à l'occasion des gens se plaignent de la présence de cet animal qu'on associe souvent à la ferme. Pourtant, « ce n'est pas un animal qui va faire plus de bruit qu'un chien », dit-elle.

Valérie Larose St-Louis explique que, souvent, elle réussit à s'asseoir avec les autorités municipales et à les convaincre d'accorder une dérogation aux propriétaires. C'est ce qu'elle tentera de faire jeudi aux côtés de la propriétaire de Bacon.

La SPA Mauricie indique que le règlement municipal considère les cochons comme des animaux de ferme, pas comme des animaux de compagnie.

« Mais si on contacte un vétérinaire de ferme pour faire des vaccins, un examen, il ne voudra pas traiter un microcochon, parce que pour eux ce n'est pas animal de ferme, c'est un animal exotique, un animal domestique », renchérit Valérie Larose St-Louis, éleveuse depuis six ans.

La propriétaire du cochon, Catherine Richard-Daigneault, a lancé une pétition en ligne pour demander des appuis pour garder son animal. Vers 18 h, jeudi, elle avait recueilli plus de 1000 signatures.

La popularité des cochons miniatures

Valérie Larose St-Louis est l'une deux seules éleveuses de cochons miniatures au Québec (l'autre est au Saguenay). Elle en vend une trentaine par année.

Selon elle, il y aurait une vingtaine de propriétaires de cochons miniatures à Trois-Rivières.

Contrairement aux chiens ou aux chats, les cochons miniatures sont hypoallergènes, ce qui est très apprécié des clients. Plusieurs s'en servent pour la zoothérapie, dit-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine