Retour

Accidents et erreurs dans le réseau de la santé : vingt-deux morts en Mauricie et au Centre-du-Québec en 2015-2016

Les incidents et accidents survenus dans les établissements de santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont coûté la vie à 22 personnes en 2015-2016, soit sept de plus que l'année précédente, selon des données obtenues par Radio-Canada.

Un texte d'Amélie Desmarais

En tout, c'est plus de 32 564 incidents et accidents qui ont été déclarés au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la région (CIUSSS MCQ) cette année. C’est 916 de plus qu’en 2014-2015.

Au moins les deux tiers des événements déclarés touchent des personnes âgées qui sont souvent victimes de chutes ou d'erreurs en lien avec la prise de médicaments.

Selon la direction du CIUSSS, ce n'est pas plus élevé que dans le reste du réseau de la santé.

« Effectivement 32 000 c'est un nombre absolu assez important », explique le directeur adjoint à la qualité, l'évaluation, la performance et à l’éthique, Martin D’Amour.

« On a à peu près 200 000 visites à l'urgence, 70 000 hospitalisations, des millions de médicaments distribués chaque année donc ça fait très peu comparativement à l'ensemble des activités. »

M. D'Amour ajoute qu’une part de la hausse est attribuable au fait que les employés déclarent de plus en plus les accidents ou incidents.

Le manque de personnel montré du doigt

Les syndicats représentant des employés du réseau de la santé qui dénoncent la surcharge de travail de leurs membres depuis la réforme Barrette s’attendaient à une hausse plus importante des accidents. Ils ne sont pas surpris que les personnes âgées soient celles qui en souffrent le plus.

« C'est là qu'il y a le moins de personnel sur place », lance la présidente du syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du cœur du Québec (SIIICQ-SCQ), Andrée Guillemette.

Le président du syndicat des employés de service, dont les préposés aux bénéficiaires, Rosaire Hamelin, affirme qu’il est impossible de prévenir toutes les chutes, mais que plusieurs pourraient être évitées avec davantage de personnel.

« Si on n’a pas assez de personnel, qu'on est déjà occupé avec des résidents, dit-il, c'est peut-être là qu'arrive la chute. »

L'avocat spécialisé en droit de la santé, Me Jean-Pierre Ménard, est du même avis.

Il précise que les données recensées ne reflètent pas la réalité et que les événements les plus graves ne sont souvent pas déclarés.

Prendre soin des aînés

Il croit qu'une réflexion s'impose quant au sort que l'on réserve à nos aînés dans le réseau de la santé.

« Il ne faut pas prendre comme une fatalité le fait que parce qu'on est une personne âgée et qu'on prend des médicaments, c'est normal qu'on chute et c'est normal qu'il y ait des erreurs de médicaments », décrit-il.

M. Ménard s’inquiète du manque de personnel dans les centres d’hébergement de longue durée au Québec.

« Je pense qu'au Québec, il y a juste une personne qui dit qu'il ne manque pas de personnel dans les soins de longue durée et c'est le Dr Barrette. »

La direction du CIUSSS soutient toutefois que ses analyses ne permettent pas de tirer de telles conclusions.

« On analyse toutes les causes possibles incluant la main-d'oeuvre et je ne peux pas faire de lien de causalité entre les erreurs et le manque de main-d'œuvre », insiste Martin D’amour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine