Le végétarisme connaît une certaine vogue depuis plusieurs années, particulièrement chez les adolescents. Pour des raisons idéologiques ou éthiques, ils sont nombreux à transformer leurs habitudes alimentaires. Mais à l'âge où le corps se transforme, leur régime végétarien peut-il combler tous leurs besoins?

La nutritionniste Chantal Poirier croit que oui, à condition de faire certains efforts. « Devenir végétarien, ce n'est pas juste enlever la viande et les produits laitiers et prendre des pâtes, des toasts et des céréales, rappelle-t-elle. Il faut rajouter certains éléments : beaucoup de légumes, des légumineuses, des produits enrichis de vitamine B12. »

Comme pour les adultes, l'adoption d'un régime alimentaire végétarien à l'adolescence peut causer des carences si les sources d'éléments nutritifs ne sont pas remplacées. « On pense spontanément aux protéines [NDLR : présentes dans la viande], mais c'est quand même relativement facile de trouver des protéines végétales », explique Chantal Poirier. Il en va autrement du fer, des vitamines B12 et D ainsi que du calcium, que l'on retrouve surtout dans les produits animaux.

Chantal Poirier rappelle que plus on enlève de produits d'origine animale (viande, produits laitiers, poisson, oeufs, etc.), plus il faut trouver de façons de les remplacer.

Manger conformément à ses valeurs

Une partie de la clientèle qui vient consulter la nutritionniste Chantal Poirier est composée de parents dont les enfants, souvent à l'âge de l'adolescence, veulent éliminer certains produits d'origine animale.

 Ce sont justement ses valeurs qui ont convaincu Simon Marois de devenir végétarien. « J'ai appris tellement d'affaires sur la consommation de viande, ça m'a convaincu [...] », explique cet adolescent de 14 ans de Trois-Rivières.

Son choix a pris de court le reste de sa famille. Sa mère, Francine Marois, explique qu'avec trois enfants, dont un seul est végétarien, elle a d'abord pensé que ce changement ne ferait que compliquer leurs vies. Elle s'est cependant rapidement ravisée : « Les arguments de Simon avaient du mérite [...]; on ne pouvait pas dire "non, tu ne seras pas végétarien!" »

Ça fera bientôt quatre mois que Simon a banni la viande de son régime alimentaire. « J'aimerais ça un jour arrêter de manger du poisson, ce sera sûrement mon plus grand défi », convient-il. Pas question pour autant de faire marche arrière : végétarien il est devenu, végétarien il restera.

Plus d'articles