Retour

Affaire Vadeboncoeur : la policière Barbara Provencher contre-interrogée

Au deuxième jour de son témoignage, la policière Barbara Provencher a raconté qu'elle n'a pas vu son collègue Dominic Pronovost frapper le suspect Alexis Vadeboncoeur avec une arme. Quatre policiers de Trois-Rivières sont accusés d'avoir tabassé l'homme lors de son arrestation en février 2013.

Barbara Provencher a précisé qu’elle a vu l'agent Pronovost frapper Alexis Vadeboncoeur avec sa main droite, mais pas avec une arme.

Lors de son contre-interrogatoire, l'accusée a déclaré qu’elle considérait qu’Alexis Vadeboncoeur était en mesure de reprendre son arme à tout moment même s'il l'avait laissé tomber à côté de lui sur le sol.

Rapport sous la loupe

La procureure de la Couronne a aussi questionné la policière Barbara Provencher mardi au sujet de son rapport sur l’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur.

La poursuite a voulu mettre en contradiction certaines affirmations de l'agente Provencher, notamment le fait qu'elle n'ait pas indiqué dans son complément de rapport l'existence d'une vidéo de l’arrestation.

Barbara Provencher a répondu que la vidéo était mentionnée dans le rapport principal que ses collègues ont rédigé au sujet du vol qualifié d’Alexis Vadeboncoeur dans une pharmacie. Elle affirme qu’elle ne pensait donc pas avoir à l'inscrire dans son propre rapport.

La journée s'est conclue par un désaccord entre les avocats des accusés et de la poursuite. La défense va appeler à la barre l’expert en biomécanique Denis Rancourt, de l'Université de Sherbrooke, mercredi matin. La Couronne doute de sa crédibilité par rapport à l’analyse de vidéos.

Rappel des faits

Le 2 février 2013, Alexis Vadeboncoeur a été arrêté par quatre policiers dans le stationnement du Cégep de Trois-Rivières à la suite d'un vol qualifié dans une pharmacie.

Les agents qui sont intervenus ce soir-là, Barbara Provencher, Marc-André St-Amant, Kaven Deslauriers et Dominic Pronovost, font face à plusieurs chefs d'accusation.

  • Voies de fait armées
  • Voies de fait causant des lésions corporelles
  • Usage négligent d'une arme à feu
  • Fabrication de faux rapports
  • Contrefaçon de ces documents
  • Entrave à la justice avec la fabrication de faux rapports

La Ville de Trois-Rivières avait suspendu les quatre policiers sans solde et a finalement congédié deux d'entre eux, Marc-André St-Amant et Kaven Deslauriers. Ils reçoivent tout de même tous une allocation de leur syndicat depuis leurs suspensions.

D'après les informations de Pierre Marceau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards