Retour

Alcoa refuse de payer pour décontaminer le site d’Aleris

Le géant mondial de l'aluminium, Alcoa, a fait savoir au gouvernement québécois que l'entreprise n'avait pas l'intention de reconnaître sa responsabilité concernant la contamination du site de l'ancienne usine d'Aleris du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières.

En mai, le ministère de l’Environnement a mis en demeure Alcoa et une entreprise appartenant à Tim Martinez, l’actuel propriétaire du site, leur demandant un plan de réhabilitation des sols d’ici le 5 septembre. Le site est contaminé par des hydrocarbures principalement des huiles servant au refroidissement des laminoirs d’aluminium.

Des dizaines de milliers de litres de ces huiles menacent d’infiltrer la nappe phréatique et de s’écouler vers la rivière Saint-Maurice, située à moins de 700 mètres. Pour l’instant quatre gigantesques pompes assurent le maintien en place de ces hydrocarbures. « Une solution temporaire » pour le député de Champlain, Pierre-Michel Auger.

Monsieur Auger reste tout de même optimiste : « On va attendre le 6 septembre, la date butoir et après ça va bouger ».

Alcoa Canada a été propriétaire et a exploité le site jusqu’en 1997 alors que l’entreprise agissait en tant que Société canadienne de métaux Reynolds.

Dans une communication par courriel, la porte-parole de l’entreprise, Jacinthe-Pascale Gratton, explique que « Alcoa Canada a réalisé l’ensemble des travaux de réhabilitation requis sur le site et reliés à l’exploitation qu’elle en a fait au moment où elle en était propriétaire ».

L’entreprise invite donc le gouvernement québécois à adresser sa réclamation aux nombreux propriétaires qui ont racheté l’usine par la suite.

« Depuis 1997, le site a été acquis et opéré par plusieurs propriétaires et nous croyons que ceux-ci y ont causé des impacts environnementaux dont ils devraient être tenus responsables. »

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, caresse toujours l’idée de transformer ce site en quartier résidentiel où on pourrait construire jusqu’à 300 maisons unifamiliales. « On dit au gouvernement prenez vos responsabilités à décontaminer et à poursuivre les gens parce que si on attend on va attendre bien des années. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine