Retour

Amphithéâtre Cogeco : la Ville de Trois-Rivières achète un piano pour la somme de 200 000 $

La liste des dépenses liées à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières s'allonge. La Ville a fait l'achat d'un piano à queue de 9 pieds de la prestigieuse marque Steinway & Sons, dont la facture totale se chiffre à près de 200 000 $. Ce montant, payé par la Ville de Trois-Rivières, inclut les frais de livraison et les taxes.

Le conseil municipal a entériné la décision le 19 octobre dernier, jour des élections fédérales. Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, n'était pas disponible mardi pour commenter l'achat du piano, mais la Ville se dit très à l'aise avec la décision, considérant notamment que l'amphithéâtre a coûté 50 millions de dollars et que des équipements équivalents étaient nécessaires, selon elle.

N'empêche, certains conseillers grincent des dents, rappelant l'abolition de 23 postes à la Ville l'an dernier et de deux postes de conseillers aux prochaines élections par souci d'économie. « La Ville détiendrait quatre [pianos] selon mes informations, mais on ne pouvait pas les déplacer parce que sinon, il faut les réaccorder, il y a des questions d'humidité que le piano pourrait prendre », dit le conseiller municipal François Belisle.

Un piano performant

En tout, cinq pianos ont été testés par un comité de sélection dont fait partie le professeur à la retraite du Conservatoire de Trois-Rivières, Michel Kozlovsky.

Comme l'amphithéâtre est une grande salle, avec une conque, donc qui projette le son naturellement sans micro, le comité a privilégié un instrument puissant. Le piano Steinway a particulièrement bien performé au niveau de la clarté des notes basses et aiguës.

À titre de comparaison, la Maison des Arts de Drummondville possède un piano italien d'une valeur de 250 000 $, mais il s'agit d'un don d'un mécène, tout comme les deux pianos Steinway & Sons de l'Orchestre symphonique de Montréal.

D'après les informations de Pierre-André Cloutier.

Plus d'articles

Commentaires