Retour

Ancienne usine Aleris : le ministère de l'Environnement a déboursé près de 10M$ pour le site

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a déboursé près de 10 M$ depuis 2011 en lien avec les problématiques environnementales sur le site de l'ancienne usine Aleris du secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières. Une série d'ordonnances ont été délivrées à plusieurs organisations dans les dernières années concernant les terrains contaminés, mais sans succès.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Le dernier avis remonte au 18 août 2016 alors que le Ministère ordonnait, encore une fois, la réhabilitation des sols et de l'eau souterraine.

Ce document a été transmis à plusieurs entreprises dont le propriétaire actuel du site, la compagnie Corporation de développement TR, dirigée par Tim Martinez, ainsi qu'à Alcoa Canada, qui a exploité l'endroit de 1945 à 1997 et à Aleris.

Le Ministère est toujours en attente de réponses des organisations visées par cet envoi.

Il dit s'attendre à recevoir d'ici quelques semaines l'ensemble des représentations en lien avec l'avis préalable à l'ordonnance. Il déterminera alors la suite des choses pour assurer la réhabilitation du terrain.

En attendant, le ministère de l'Environnement assure toujours une présence sur le site pour assurer le pompage de l'eau souterraine, la récupération d'hydrocarbures flottant sur celle-ci, le suivi de l'eau souterraine et le gardiennage du site.

Le Ministère étudie de près le dossier avec ses avocats et poursuit ses démarches pour obtenir le remboursement des 10M$ engagés depuis 2011.

Il y a une dizaine de jours, on apprenait que l'actuel propriétaire du site n'avait jamais payé de taxes municipales. En date du 19 octobre, la compagnie Corporation de développement TR, appartenant à l'américain Tim Martinez, avait un compte en souffrance de 638 463 $ en taxes impayées à la Ville de Trois-Rivières.

Agir devant l'inaction

Le MDDELCC affirme avoir été dans l'obligation d'intervenir dans le dossier devant l'inaction du propriétaire actuel.

Son rôle consiste à « empêcher la migration de la contamination en hydrocarbures présente dans l'eau souterraine, caractériser le terrain, éliminer les matières dangereuses et les résidus de démolition ainsi que pour décontaminer les bâtiments », nous indique par courriel la responsable des communications du Ministère, Sophie Gauthier.

Comme les travaux demandés dans les dernières années n'ont pas été réalisés, « le Ministère utilise les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi pour faire exécuter ces travaux et réclamer les frais encourus », ajoute-t-elle.

Toujours sous surveillance

Le site de l'ancienne usine Aleris est toujours sous surveillance permanente puisque le ministère de l'Environnement considère que l'usine partiellement démolie représente un risque pour la population environnanate.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?